Régions Ouest Actu Ouest
 

Relizane : Les habitants des zones rurales s’indignent

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 02.07.17 | 12h00 Réagissez

Les habitants des zones éparses sont indignés par la dégradation de leur cadre de vie. A titre d’exemple, les habitants des faubourgs de Hameri, dans la daïra de Djidioua, vivent une sérieuse crise d’eau potable.

 «Nos robinets sont à sec depuis qu’un entrepreneur a touché la conduite qui nous alimente, et depuis nous sommes branchés sur les citernes tractées pour nous approvisionner», a souligné un jeune de la région, qui déplore l’inertie des responsables.

«En cette période de grandes chaleurs, nous vivons privés d’eau sans que personne se soucie de notre souffrance», a tonné Ahmed avec amertume. Contacté, un élu a affirmé que toutes les mesures ont été prises pour assurer l’alimentation en eau potable de ces zones. «En attendant la réparation de la conduite, nous avons mobilisé un parc roulant de citernes pour l’alimentation des habitants», a-t-il dit. Le problème est le même chez les habitants du douar Ghemaïzia, dans la commune de Oued Djemaâ, daïra de H’madna. Ces derniers attendent toujours le raccordement de leur localité au forage réalisé dans la commune limitrophe de Sidi Khettab. «Depuis l’achèvement des travaux de réalisation du puits, nous attendons toujours la pose de la conduite afin de nous épargner la galère que nous endurons pour nous procurer de l’eau potable, notamment en cette saison où le mercure enregistre ses plus hauts niveaux», a noté un habitant de la région.

Le vice-P/APC a affirmé que toutes les procédures ont été prises pour amorcer ce projet. «Nous n’avons pas les moyens de concrétiser ce projet, mais nous avons établi une fiche technique que nous avons transmise aux services de la wilaya et nous attendons leur aval», a-t-il lancé. Dans les communes de Lahlaf, Ouled Aïch et El Hassi, dans la région de l’Ouarsenis, les habitants se plaignent de l’absence de couverture des réseaux de communication. «Nous avons sollicité tous les opérateurs de ce secteur pour nous soustraire de cet isolement, mais toutes nos doléances sont restées lettre morte», a dit un retraité de l’enseignement, en ajoutant : «Nous sommes sérieusement pénalisés par ce manque, au moment où cette commodité constitue en notre temps une ouverture sur le monde extérieur».                               

Issac B
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie