Régions Ouest Actu Ouest
 

Relizane : La ville manque de toilettes publiques

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 31.08.17 | 12h00 Réagissez

A la fin des années 60 et au début des années 70, Relizane était une petite ville propre. Aussi limitée dans l’espace, elle disposait de deux grandes esplanades, d’un beau jardin public et surtout d’un féerique hippodrome.

Alors qu’elle ne comptait pas plus de 40000 âmes, la cité offrait à sa population et à ses visiteurs des espaces de repos et de détente, dont la vespasienne située au sous-sol de la place de la Paix. L’urinoir assurait alors le bien-être des passants et garantissait surtout un milieu environnemental sain. De nos jours, ce lieu aussi important et utile pour les citoyens de la ville est abandonné et tous les coins se sont transformés, devant l’impuissance inexpliquée des autorités, en pissotières. Même les propriétaires des établissements classés, tels les cafétérias et les restaurants, se sont rangés dans cette stratégie et refusent d’ouvrir leur «petit coin». «Désolé c’est fermé !» vous lance-t-on lorsque vous demandiez les clés des toilettes souvent gardées closes.

Pour d’autres, l’alibi est que les clés sont chez le propriétaire qui est absent. «L’absence de toilettes publiques dans la vision de nos urbanistes a entraîné la clochardisation de la société», a souligné un averti, qui n’a pas hésité à pointer d’un doigt accusateur les collectivités locales. «Penser à des toilettes publiques est synonyme d’un certain degré de civisme», a-t-il ajouté. Certains insoucieux n’hésitent pas à déverser le contenu de leur vessie où bon leur semble. La place de la rénitence située face au siège de la mairie en est un exemple manifeste. L’odeur puante des urines et des excréments fuse de tous les coins. «C’est navrant», lançait Djelloul, un retraité de la DJS qui garde en mémoire toujours la belle vue de cet endroit. «Les décennies d’avant, le périmètre entourant le siège de l’APC était verdoyant et son atmosphère regorgeait de belles odeurs», a-t-il souligné. En plus de cette tare, la ville vit un décor amoché par l’entassement des ordures.

Un constat sévèrement décrié par le nouveau wali de Relizane lors de sa visite. «Votre ville est sale», a-t-elle lancé en direction des élus, avant de les exhorter à mobiliser tous les moyens pour un grand nettoyage. Sitôt dit sitôt fait, puisque les élus ont vite envoyé les communaux vers le jardin public pour un grand lifting.

Issac B
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...