Régions Ouest Actu Ouest
 

Ain Témouchent

Relance de l’activité conversion Sirghaz

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 05.03.18 | 12h00 Réagissez

Le centre de conversion Sirghaz de Naftal, ouvert en 2000 mais aussitôt fermé, vient d’être rouvert 17 années après.

Sis au dépôt de carburants de la filiale de Sonatrach pour la distribution des produits pétroliers, il occupe un de ses hangars où deux ateliers, l’un mécanique et l’autre Sirghaz, ont été aménagés. Il doit répondre à la forte demande enregistrée sur le GPL/c, et cela depuis l’augmentation des prix des carburants, selon les propos du directeur de l’unité de Tlemcen qui dessert cette wilaya et Témouchent.

La demande serait telle que Naftal va également implanter deux nouveaux centres de conversion dans la wilaya de Tlemcen. Bémol : celui de Témouchent ne pourra traiter que deux véhicules par jour.

Le responsable Naftal qui s’est déplacé pour l’inauguration de l’atelier, a promis au chef de l’exécutif de wilaya que si l’afflux de clientèle dépasse les capacités d’accueil installées à Témouchent, les automobilistes témouchentois ne seraient pas contraints de se tourner vers ceux de Tlemcen, l’équipe à Témouchent serait renforcée.

Tous les automobilistes de la wilaya adeptes du Sirghaz sont actuellement obligés de se rendre dans les wilayas environnantes pour l’installation de kits comme pour les contrôles techniques périodiques et les démarches administratives y afférentes, ce qui n’est pas sans tracas inutiles. Par ailleurs, on apprend que le wali a émis la volonté d’équiper le parc de la wilaya par des kits Sirghaz de façon à réaliser des économies sur les dépenses en carburants.

A cet égard, la wilaya de Tlemcen est sur ce plan en avance puisque 60% de ses véhicules roulent au Sirghaz, a-t-on appris des responsables de Naftal. Les kits proposés sont d’une capacité de 60 litres, ce qui offre la même autonomie que l’essence et les mêmes performances, selon les mêmes interlocuteurs.

Pour ce qui est du coût, il revient à 61 000 DA contre 55 000 DA pratiqués l’année passée. Le kit comprend une citerne en forme de bonbonne cylindrique qui est installée dans la malle arrière et des équipements qui se fixent sur le moteur. Quant aux véhicules ne disposant pas d’un spacieux coffre, ils peuvent être dotés de réservoirs toriques qui s’installent à la place de la roue de secours, Naftal dispose de sacs spéciaux pour la roue de secours qui resterait ainsi dans la malle.

A noter que le réservoir torique ne peut contenir que 40 litres. Enfin, on assure que tous les types de véhicules à essence peuvent en recevoir comme, à titre d’exemple, les 208 Peugeot à trois cylindres parce que ces derniers sont d’un calibrage conséquent.  

Mohamed Kali
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie