Régions Ouest Actu Ouest
 

Adrar

Pénurie de lait en sachet

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 10.06.17 | 12h00 Réagissez

Depuis une semaine, le sachet de lait à 25 dinars, très prisé surtout durant le mois du Ramadhan, reste totalement introuvable sur la place à Adrar.

En effet, cet aliment de base, qui reste très ancré dans notre tradition alimentaire, notamment lors de la rupture du jeûne, a subitement disparu de la circulation et cela à peine la première semaine de jeûne écoulée. Une situation qui a mis dans l’embarras la population, car le lait en tant qu’aliment nutritif et aussi hydratant est consommé en grande quantité dans le Sud par les jeûneurs, particulièrement en cette période des grandes chaleurs, où le mercure ne descend pas en dessous de 40°C. Face à cette carence, les consommateurs se sont trouvés dans l’obligation de se rabattre sur le lait en poudre conditionné. Ce lait moins économique est hors de portée des petites bourses. Il revient dix fois plus cher pour le citoyen.

Son prix oscillant entre 300 et 400 dinars la boîte de 500 g et 650 dinars le sachet d’un kilogramme. L’origine de cette crise est la conséquence du manque de  matière première au niveau de l’unique laiterie d’Adrar. Selon nos informations, cette entité n’aurait pas reçu son quota de poudre de lait par l’ONIL, ce qui a obligé son patron à baisser le rideau. Un problème autre que celui d’ordre technique dans la production de l’usine mais plutôt celui d’une défaillance caractérisée dans la chaîne de distribution de l’organisme public. Toutefois, le citoyen retiendra que les autorités chargées de la régulation n’ont pas tenu leurs promesses de campagne de pré-Ramadhan.
Par ailleurs, même la laiterie d’Igli, une localité située à 450 km d’Adrar, dans la wilaya limitrophe Béchar, a suspendu l’approvisionnement d’un point de vente de lait d’un particulier. Ce dernier accuse ouvertement le nouveau directeur de l’usine d’Igli, qui, selon lui, s’est refusé de lui servir son quota habituel de 8000 litres par semaine. Dans ce sens, il nous dira tout en brandissant sa carte client de la laiterie : «Cela fait plus de vingt ans que je suis l’unique dépositaire de lait en provenance d’Igli bien avant l’ouverture de l’usine d’Adrar. C’est moi seul qui approvisionnais toute la population d’Adrar en lait. J’ai même saisi les autorités de la wilaya par courrier afin d’intervenir en ma faveur sans résultat à ce jour». 

A. A
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...