Régions Ouest Actu Ouest
 

Formation professionnelle

Les effectifs ont doublé à Témouchent

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 25.09.17 | 12h00 Réagissez

La cérémonie officielle de rentrée de la formation professionnelle a été organisée au centre de Témouchent. Quatorze  nouvelles spécialités ont été ouvertes pour 350 élèves sur un total de 5105 postes de formation ouverts, dont 4305 ont trouvé preneurs.

En 2016, 6184 places ont été offertes, mais seulement 2907 inscriptions enregistrées. C’est donc près du double des effectifs qui est réalisé cette année. En outre, en formation résidentielle, c’est-à-dire au sein des centres et instituts de formation, il y a eu 2065 élèves, contre 2500 l’année écoulée. En formation par apprentissage, c’est-à-dire auprès de professionnels, le nombre atteint les 1335 élèves. Enfin, en milieu carcéral, la formation touche 245 détenus. Pour rappel, l’année passée, la cérémonie d’ouverture a été organisée au centre de Aïn El Arba, une manière d’arrimer ce secteur à la demande que devait exprimer la zone industrielle de Tamzoura, à l’extrémité de la daïra. Il avait été en effet signalé que la main-d’œuvre qualifiée, et même non qualifiée, faisait défaut pour la réalisation des usines en cours d’implantation. Pour mettre les bouchées doubles, les autorités locales avaient décidé d’ouvrir une annexe du CFPA à Tamzoura de façon à ne pas rater le coche des milliers de postes d’emplois qualifiés qui pourraient ainsi revenir à la main-d’œuvre locale.

Or, cette décision ne répondait à aucun déficit en matière de structures de formation, ce qui est apparu clairement 7 mois après un semblant d’inauguration officielle de l’annexe.
Le directeur de la formation professionnelle (DFP) avait alors assuré que son secteur était en mesure de prendre en charge la demande de Tamzoura avec les deux centres de Aïn El Arba et de Hammam Bou Hadjar. Cela sans avoir recours à l’ouverture d’une annexe à Tamzoura, cette dernière étant projetée dans les locaux désaffectés d’une ancienne coopérative de service, une CAPCS, dont seul un hangar est utilisable, le reste nécessitant de conséquents travaux de réhabilitation.

Les responsables d’alors, le wali en tête, n’avaient non seulement pas tenu compte des réserves du DFP, mais encore ont omis, à ce jour, de notifier le transfert des locaux à son secteur de façon à lui permettre leur prise en charge sur le plan budgétaire.
Au cours d’une visite à la daïra de Aïn El Arba, le nouveau wali a instruit le maire pour mettre officiellement les locaux à la disposition de la DFP, à charge pour elle de demander à sa hiérarchie l’inscription d’une étude et des travaux de réhabilitation. Il reste qu’il n’y a nul besoin d’une telle institution, les candidats à la formation à Tamzoura pouvant rejoindre les trois centres de Aïn El Arba, de Hammam Bou Hadjar, voire de Témouchent, où l’électronique automobile et la mécanique sont enseignées. 

Mohamed Kali
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...