Régions Ouest Actu Ouest
 

Chaabat El Lehem (Aïn Témouchent)

Des habitants dénoncent le détournement d’un espace vert au profit d’un promoteur

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 04.09.17 | 12h00 Réagissez

 
	Les habitants du quartier Hmeyem exigent que le terrain en question soit aménagé en espace vert
Les habitants du quartier Hmeyem exigent que le terrain en question soit...

Cette décision des services de la wilaya d’Aïn Témouchent a suscité l’émoi et la contestation des habitants du quartier Hmeyem, mais également l’étonnement des membres de l’APC de Chaabat El Lehem.

Des riverains ont interpellé la presse pour mettre en exergue leurs doléances, à savoir la réalisation d’un espace vert, d’une crèche et d’un petit manège pour le quartier et toute la commune, comme «promis et programmé depuis plus de cinq ans par l’APC». Selon Kamel, père de famille habitant le quartier, «il s’agit d’un secteur de lotissements, une sorte de cité résidentielle pour toutes les classes de la société. Donc aucun immeuble ne doit être construit, encore moins des tours haut standing. L’espace vert a été réservé depuis longtemps et son emplacement est stratégique. Il est prévu que tout le monde puisse en profiter, même tous les autres habitants de la commune.

Construire des tours ici équivaudrait à cacher le soleil et à étouffer tout le quartier. Les gens n’ont pas acheté ici pour se retrouver en face d’immeubles». Un autre citoyen a expliqué que la parcelle de terrain en question a toujours été réservée pour ce projet d’utilité publique. Mohammed déclare : «Vous savez, les habitants avaient même refusé qu’une école primaire fût construite sur ce terrain. Ils voulaient un espace vert. Cela a été difficile de convaincre tout le monde. Finalement, nous avons eu l’école.

Par la suite, une mosquée a été construite. Et voilà qu’aujourd’hui, on nous dit que le projet de la crèche et du manège a été annulé pour qu’un promoteur bénéficie de ce terrain en plein milieu des habitations et y construise des tours. Les services de la wilaya n’ont pas trouvé d’autres assiettes? Ce n’est pas normal. En plus, nous apprenons cela après le départ de l’ancien wali alors que c’est lui qui aurait signé cette décision». Pour notre part, nous nous sommes rapprochés des services de l’APC de Chaabat El Lehem.

Rencontré lundi passé dans son cabinet, le maire Abid Mohammed a refusé de faire la moindre déclaration. Après lui avoir exposé certains éléments de ce dossier a priori gênant, il a daigné en commenter quelques aspects. «Je ne peux pas vous donner plus de détails car nous ne savons pas exactement ce qui s’est passé», a-t-il lancé en évoquant la décision prise par le précédent wali juste avant son départ et vraisemblablement sans consulter les services communaux directement concernés. Interrogé sur les projets d’utilité publique prévus, le maire explique : «Nous avons programmé le projet d’un espace vert, d’une crèche, un manège et un petit parking depuis le début de notre mandat, c’est-à-dire en 2012.

Par la suite, l’APC ne pouvant pas prendre en charge ce projet, il a fallu trouver un investisseur. Tout ce que je peux vous dire, c’est que nous avons ficelé un dossier que nous présenterons à la prochaine réunion avec le président de l’APW, le wali, les élus et les membres de l’exécutif. Vous devez savoir aussi que tout comme les citoyens, nous tenons à ce projet, d’autant plus qu’il est inconcevable qu’un promoteur bénéficie d’une assiette destinée à un projet d’utilité publique et pour laquelle tout a déjà été fait». Le maire n’a pas dit qu’un investisseur avait déjà bénéficié de la concession de cette assiette de 3284 m2 pour les équipements cités.

En effet, nous avons interrogé plusieurs habitants du quartier et, finalement, nous avons découvert qu’un opérateur économique avait déjà obtenu une décision du wali pour réaliser ces équipements publics. Il s’agit de M. Djemel, qui n’est autre que le propriétaire du premier et seul hôtel réalisé dans cette commune et, justement, dans le quartier Hmeyem où se trouve l’assiette qui semble avoir été détournée de sa vocation initiale. Requérant l’anonymat, des sources de l’APC affirment que le wali précédent a signé deux décisions concernant ce terrain en l’espace de 20 jours seulement.

Une décision du wali, datée du 10 juillet 2017, stipule explicitement que «la décision n° 1300 signée le 21 juin 2017 portant l’octroi à titre de concession de la parcelle de terrain appartenant à la mairie et située à Chaabat El Leham d’une superficie de 3284 m2, destinée à la réalisation d’un projet d’investissement consistant en un jardin pour enfants et une crèche, en faveur de M. Djemel Mohammed pour une durée de 33 ans, a été modifiée pour que ce terrain soit accordé par consentement mutuel à un promoteur immobilier pour la réalisation de logements haut standing». Le même document stipule que la décision a été prise sur proposition du directeur des Domaines.

Nous avons contacté le premier investisseur mentionné dans la décision du wali. M. Djemel déclare: «Je ne peux rien vous dire tant que je n’ai pas vu ce document. Ce qui est sûr, c’est que les services de la wilaya ne m’ont toujours pas remis l’arrêté de concession. Je ne comprends pas ce qui se passe».

Après lui avoir expliqué que cette décision avait été annulée et que l’assiette est accordée par consentement mutuel à un nouveau bénéficiaire pour construire des immeubles, M. Djemel a nié avoir signé un quelconque désistement. Il déclare : «Il n’y a aucun consentement mutuel ni désistement. Je n’ai rien signé et on ne m’a rien demandé. Et je n’ai aucune compétence pour changer le projet de l’APC. On m’a concédé ce terrain pour réaliser un jardin et une crèche pour une durée de 33 ans. Le terrain ne m’appartient pas pour que je le cède de cette manière. Tout ça n’est pas normal. Il est sûr que je vais prendre les mesures nécessaires, constituer un dossier et me rapprocher des services de la wilaya pour tirer tout cela au clair. Dans le pire des cas, je m’adresserai à la justice».

Toutefois, beaucoup d’interrogations persistent pour ce dossier qui inquiète les riverains. La principale interrogation est pourquoi le wali aurait-il pris deux décisions contradictoires en l’espace de 20 jours en annulant un projet souhaité et programmé pour finalement  en faire bénéficier un promoteur immobilier ? Autre interrogation : s’agit-il d’un manque de coordination entre la wilaya et les services de la commune ou bien d’une opacité qui sert certains intérêts ? Mais la question la plus sensible demeure celle du directeur des Domaines qui propose ce changement sur la base d’un consentement mutuel alors que l’investisseur n’est même pas au courant.

En tout état de cause, le président de l’APC a assuré qu’un dossier a été constitué et sera exposé lors de la prochaine réunion avec Mme le wali. De son côté, M. Djemel a assuré qu’il ne laisserait pas tomber cette affaire tout comme les habitants qui suivent le dossier. Déterminé, Kamel déclare : «Il y en a parmi nous qui travaillent un peu partout dans les services de la commune et de la wilaya et donc nous suivrons cette affaire de très près. Nous allons également nous organiser, et aucun chantier ne sera installé dans ce terrain si ce n’est pas pour l’épanouissement de nos enfants. Mais nous faisons confiance à la nouvelle wali qui doit profiter de ce dossier pour envoyer un message fort à tout le monde. Il s’agit de démontrer aux citoyens que leurs intérêts et leur confort passent avant le reste».

Redouane Benchikh
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie