Régions Ouest Actu Ouest
 

Le climat social se dégrade à Béchar

Des citoyens marchent sur Alger

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 18.07.17 | 12h00 Réagissez

Une première à Béchar ! Dimanche dernier, des jeunes ont pris l’initiative, après un rassemblement à la place de la Mairie, de marcher à pied sur Alger, pour aller porter des revendications à caractère social «insatisfaites» au niveau local au Premier ministre.

Après 25 km de marche sous une forte canicule (45°C), ces marcheurs, près d’une centaine, se disent «déterminés» à poursuivre leur itinéraire pour dénoncer ce qu’ils appellent la «maffia du foncier local, la corruption et le manque d’emploi», prétendant détenir des documents de leurs allégations. Mais leurs principales motivations demeurent la lenteur de la procédure dans la distribution des lots de terrain à bâtir et le logement social.

«Nous avons la preuve qu’une mafia local sévit à Béchar et accapare des locaux à usage commercial, des lots de terrain en toute impunité», soulignent-ils Et de citer certains cas précis, comme le récent accaparement d’un espace vert au quartier «600 Logts» loti en parcelles de terrain et dans lequel sont impliqués deux élus suspendus (APC), trois cadres fonctionnaires et un magistrat muté. L’espace vert a, semble-t-il, était récupéré par l’ancien wali.

Ou encore un terrain de 1200 m2 à usage commercial qui a fait l’objet d’une transaction douteuse il y a quelques années entre un élu (APC) et un ex-directeur des services domaniaux. Ce terrain a été revendu à un particulier et transformé aujourd’hui en locaux commerciaux au niveau de la cité Djihani «220 Logements».

Certains responsables d’associations sportives, agissant sous le couvert de l’intérêt des jeunes, ont accaparé des sièges sociaux en plein centre-ville, ajoutent encore ces protestataires, qui exigent une commission d’enquête ministérielle pour faire la lumière sur ces détournements et la restitution de ces biens domaniaux.

Mais le dossier explosif reste l’attribution des parcelles de terrain à usage d’habitation que les trois walis qui se sont succédé à la tête de l’exécutif en un laps de temps court (2013-2016) n’ont jamais voulu se hasarder à procéder à l’accélération de la finition des lotissements, craignant sans doute l’ouverture d’un front social en ébullition.

Une temporisation de plus de 4 années, qui a en fait induit forcément un fort accroissement en matière de demande sociale. Jeudi dernier, l’actuel wali de Béchar, intervenant sur les antennes de la radio locale a promis que les deux dossiers en question seront activement traités.     
 

M. Nadjah
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie