Régions Ouest Actu Ouest
 

Aïn Témouchent : Les travailleurs de Trans-Canal Ouest reviennent à la charge

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.10.17 | 12h00 Réagissez

Hier, dans la matinée, des salariés de Trans-Canal Ouest ont manifesté au niveau du chef-lieu de wilaya pour réclamer le départ de leur directeur.

C’est une récidive d’une précédente protestation ayant eu lieu la semaine écoulée et qui a ramené une centaine de salariés devant le siège de la wilaya pour être reçus par le chef de l’exécutif de wilaya. Cette fois, venus en plus grand nombre, ils font état de nouveaux griefs : neuf des leurs ont été suspendus de leurs fonctions par le directeur de l’unité, au triple motif de «perturbation du cycle de travail, menaces et arrêt de la production».

D’une même voix, les protestataires récusent ces accusations, affirmant que c’est leur accusateur qui, sous prétexte de mesures sécuritaires, a mis à l’arrêt le malaxeur de la centrale à béton. «Il a même fermé les bureaux de l’administration !» Visite à l’unité : elle est à l’arrêt et le DG est injoignable. Sur ce, arrivent deux cadres de Hydro-Canal, le Groupe propriétaire de l’unité. Le conseiller du PDG, accompagné du DRH du Groupe, explique que le DG est absent pour des raisons sécuritaires.

Il indique que les 12 revendications présentées par les travailleurs ont toutes été prises en charge. Sur ce, interviennent des salariés qui démentent ce propos, en citant les manquements aux engagements pris il y a trois mois.

Un dialogue s’engage par lequel l’émissaire du Groupe explique qu’ils n’ont pas à exiger le départ du DG, car c’est une prérogative du conseil d’administration, et que par prise en charge il entend une résolution des problèmes en fonction des moyens disponibles, cela sachant les ressources limitées du fait de la mévente des poteaux électriques en raison de la cessation de la demande pour les besoins du programme national d’électrification : «Nous sommes constamment affairés à dégager des ressources pour assurer vos salaires en puisant sur celles des autres unités de la filière.

Je suis venu vous dire que c’est le Groupe qui va prendre en charge vos revendication.» De la cacophonie, il ressort que la communication entre responsables, qu’ils soient de l’unité, de la filière ou du Groupe est parasitée et de l’autre qu’elle est nulle avec les travailleurs. 

Mohamed Kali
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie