Régions Kabylie Tiziouzou
 

Wilaya de Tizi Ouzou : Des projets bloqués par des oppositions

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 04.10.17 | 12h00 Réagissez

 
	L’aménagement de nouvelles routes a été retardé par les oppositions de citoyens
L’aménagement de nouvelles routes a été...

Aucun secteur d’activité n’est épargné par les litiges entre des particuliers et les maîtres d’ouvrage.

En dépit des enveloppes budgétaires accordées par l’Etat durant les années d’aisance financière, la wilaya de Tizi Ouzou accuse un grand retard en matière de développement local. D’importants projets inscrits au profit de la wilaya sont bloqués et d’autres carrément annulés à cause des oppositions de citoyens.

Logement, transports, travaux publics, investissements privés, eau, gaz et électricité, environnement, tourisme, zones industrielles, aucun secteur d’activité n’est épargné par ces litiges entre des particuliers et les maîtres d’ouvrage. Ce sont quelque 70 opérations d’investissement qui étaient bloquées jusqu’à fin 2016.

Les travaux de réalisation des réseaux de transport et de distribution de gaz naturel dans les villages sont les plus affectés par ces contraintes qui retardent considérablement la livraison des projets dans les délais prévus. Pas moins de 160 oppositions ont été dénombrées par les services concernés, dont une partie a été levée après les démarches entreprises sur le terrain par la direction de l’énergie et des mines. Dans le secteur de l’environnement, trois projets de centres d’enfouissement technique (CET) sont à l’arrêt suite à l’opposition citoyenne dans les communes de Fréha, Illoula Oumalou et Mizrana.

Les mêmes blocages ont retardé les travaux du téléphérique de Tizi Ouzou, entamé en juillet 2013 pour un délai de réalisation de 24 mois, et de la pénétrante qui va relier le chef-lieu de wilaya à l’autoroute Est-Ouest. Par ailleurs, des projets touristiques de haut standing qui devaient être réalisés à Azeffoun butent sur des oppositions de propriétaires terriens et de riverains. Il s’agit notamment d’un camping de 600 places au niveau de la plage «Petit Paradis» et de 14 autres structures touristiques qui devaient être implantées dans la région de Sidi Khelifa.

L’étude a été finalisée et les investisseurs choisis, mais la direction du tourisme s’est heurtée au refus catégorique des citoyens. La direction de l’hydraulique est confrontée, elle aussi, à ce vent de contestation de citoyens concernant des projets d’utilité publique, à l’image des quatre barrages hydrauliques prévus à Souk n’Tleta, Sidi Khelifa, Bounachi et Zaouia.

En l’espace de moins de trois ans, le nouveau barrage de Souk n’Tleta, dont les travaux de réalisation sont en cours, a connu 27 mois d’arrêt de chantier en raison des oppositions des propriétaires terriens. Ces années de retard et les blocages du chantier ont induit un impact financier estimé à 150 milliards de centimes. Pour le wali de Tizi Ouzou, Mohamed Bouderbali, les oppositions restent la principale cause du retard dans la concrétisation de presque l’ensemble des projets dont a bénéficié la wilaya.

«C’est un phénomène qui a pris de l’ampleur dans la wilaya de Tizi Ouzou. Ces oppositions ont influé négativement sur la cadence de réalisation des projets. Si nous devions faire appel à la force publique pour solutionner ces problèmes, nous le ferions chaque jour que Dieu fait, car ces entraves sont récurrentes», a soutenu le wali de Tizi Ouzou.

 

Ahcène Tahraoui
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...