Régions Kabylie Tiziouzou
 

Abdeslam Lakhal. P/APC d’Iboudrarène

«Notre région est délaissée par les pouvoirs publics»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 28.06.17 | 12h00 Réagissez


- Votre commune est située dans une région favorable au développement du tourisme de montagne.  Y a-t-il des projets dans ce sens ?

Oui, effectivement, notre commune pourrait vivre avec le tourisme s’il y avait une volonté de l’Etat de développer ce secteur dans notre région qui dispose de potentialités importantes pour lancer le tourisme de montagne. Nous avons d’ailleurs proposé un projet de zone touristique, mais il n’a pas été accepté.

Je veux dire que notre région est vraiment délaissée, alors qu’elle peut servir de véritable lieu d’attraction et de détente pour des milliers de visiteurs compte tenu de son implantation au pied   du Djurdjura et dans un espace favorable au tourisme de montagne. Mais avec les moyens dérisoires de la commune, on ne peut rien faire.

- Et pour ce qui est de l’agriculture de montagne ?

Oui, on constate un regain d’intérêt pour l’agriculture de montagne, les citoyens commencent à revenir dans leurs villages après une période d’exode dû  essentiellement au manque de conditions de vie. Maintenant, les gens commencent à revenir dans leurs villages. L’agriculture de montagne reprend ainsi ses droits dans notre commune. On cite, d’ailleurs, à titre d’exemple, le cas du village Aït Allaoua qui organise, depuis 2009, chaque année, la Fête de la cerise, qui suscite un véritable engouement dans la région.

Il s’agit d’une initiative prise par les membres de l’Association de l’environnement et du comité dudit village, en collaboration avec l’APC. Dès lors, et surtout avec l’amélioration des conditions de vie, les citoyens sont revenus pour cultiver leurs terres. La Fête de la cerise, faut-il le rappeler, a permis à notre commune de sortir de l’anonymat, et ce, en raison de l’affluence des visiteurs enregistrée à chaque édition.  Mais nous avons un grand problème avec la prolifération du singe magot  dans la région. Le singe magot s’attaque même aux citoyens. L’Etat doit trouver une solution à cette situation, car il s’agit d’un problème qui prend de l’ampleur.

- Pouvez-vous nous parler des projets de développement dont a bénéficié votre commune ?

Au sein de notre APC, nous travaillons directement avec les comités de village et la répartition des opérations des PCD se fait de manière équitable. D’ailleurs, nous avons réalisé des projets dans tous les villages en fonction bien sûr des priorités. Nous tenons à vous informer que le taux de consommation de notre budget a atteint 90%.

D’ailleurs, nous avons été félicités par la wilaya. Je veux juste citer quelques importants projets que nous avons réalisés. Il s’agit, entre autres, de la bibliothèque communale, du stade municipal, de la salle des sports de Talal N’Tazart et de six foyers de jeunes, qui restent malheureusement inexploités.

Nous avons reçu aussi une enveloppe de 200 millions de centimes pour l’entretien des écoles. Aussi, pour ce qui est du ramassage scolaire, il est assuré gratuitement par l’APC. Nous avons cinq minibus et un grand car qui assurent les  navettes pour acheminer les élèves de la commune vers le CEM Amara Rachid et les lycées d’Ath Yenni et de Yattafen.
 

Hafid Azzouzi
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...