Régions Kabylie Tiziouzou
 

Aït Zikki

Le projet du gaz naturel à la traîne

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 18.11.17 | 12h00 Réagissez

 
	Des conditions de vie difficiles dans ces villages perchés à 1400 m d’altitude
Des conditions de vie difficiles dans ces villages perchés...

Le projet de raccordement en gaz  naturel des villages de la commune d’Aït Zikki, collectivité relevant de la daïra de Bouzeguène, à une soixantaine de kilomètres à l’est de Tizi Ouzou, peine à se concrétiser et semble pour le moment quasiment en panne.

La reprise des travaux, annoncée dernièrement, est loin de se concrétiser sur le terrain. Les deux entreprises titulaires du marché n’ont pas encore repris les travaux. L’un des entrepreneurs est revenu et a rencontré les villageois auxquels il aurait suggéré de l’aider dans les travaux qu’il comptait relancer incessamment.

Il s’agissait du creusement des tranchées pour les conduites par des jeunes, condition sine qua none pour avancer les travaux. Les entreprises en charge du projet ne peuvent plus assurer le paiement de leurs ouvriers en raison du non-versement des arriérés de leurs travaux, qui s’élèvent à plusieurs milliards de centimes. Contacté par nos soins, un membre de la  coordination des comités de village est resté dubitatif quant à la suite des travaux.

Il reconnaît que les oppositions sont toutes levées, mais que la relance du projet dépend, exclusivement,  de la volonté des pouvoirs publics. Les travaux de transport de gaz avancent au ralenti, selon notre interlocuteur, ajoutant que les travaux du poste de détente sont à peine au niveau des terrassements. Les travaux abandonnés ont provoqué des glissements de terrains et des coupures de pistes. Il faudra conforter le site et réaffecter des ouvriers pour poursuivre les travaux avant les chutes de neige. Le taux d’avancement des travaux reste insignifiant dans l’ensemble des villages d’Aït Zikki.

Dans le lot no 2, seul le village d’Agouni Filkane peut se targuer d’atteindre les 50%. Les autres, Taourirt Bouar et Iguer Amrane, sont seulement à quelques coups de pioches, alors que Berkis est à zéro pour cent. Le lot n° 1 a atteint  58% du taux d’avancement, mais l’entrepreneur n’a pas repris le chantier. Il faut rappeler que le projet d’alimentation en gaz de la commune d’Aït Zikki, qui a été lancé en janvier 2014, a vu l’entreprise de réalisation empêchée, à maintes reprises, de poursuivre ses travaux par les habitants de quelques villages de Bouzeguène. En avril dernier, suite à la levée du dernier blocage, le chef de daïra avait promis aux villageois d’Aït Zikki, que la mise en gaz sera inaugurée avant le 1er novembre 2017.

Les montagnards d’Aït Zikki se sont résignés à vivre un autre hiver sans gaz, piégés par les conditions   climatiques et les longues attentes des camions Naftal, en priant que les câbles électriques de moyenne tension tiennent bon pour ne pas plonger la commune dans le noir.
Un jeune de Taourirt Bouar, l’un des huit villages perchés à 1400 m d’altitude, nous dit qu’il vient de se faire livrer deux fûts de gasoil pour 9400 DA, en attendant de recevoir huit autres, soit une consommation hivernale de 10 fûts pour un budget de 47 000 DA.
 

Kamel Kaci
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...