Régions Kabylie Tiziouzou
 

Roza Aknine. Enseignante à l’université Mouloud Mammeri

«Il est temps d’évaluer la politique d’aide à la microentreprise»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 28.12.17 | 12h00 Réagissez


- L’accompagnement par les dispositifs d’aide à la création d’entreprise (Ansej, Cnac, Angem) est-il efficace ?

Les dispositifs d’aide à la création de microentreprises ont comme objectif de réduire le chômage par la création d’entités économiques. L’Etat contrôle ce processus à travers des subventions ainsi que par l’orientation des projets vers des activités censées être moins saturées. Une politique de promotion de l’investissement et d’accompagnement des porteurs de projets est censée s’orienter vers la création de richesses, de valeurs et l’accumulation des capitaux qui stimulent la croissance économique.

Dans le cas de ces dispositifs, l’Etat injecte des fonds, offre des aides financières sans qu’il y ait un vrai suivi, d’où la disparition de projets sans que les dispositifs ne s’en aperçoivent (lors de nos enquêtes nous avons constaté que certaines des adresses figurant sur les dossiers n’existent plus). Les aides financières sont dépensées pour l’achat de voitures individuelles, utilisées à des fins personnelles ou encore dépensées hors investissement. Dans certains cas, ces aides entravent la liberté d’entreprise et maintiennent le statut d’entreprises assistées.

En orientant des projets vers des secteurs moins saturés, les dispositifs bloquent la concurrence et entravent l’innovation. Aussi, l’Etat ne peut pas subventionner chaque chômeur pour créer son propre emploi ou garantir le maintien des entreprises créées. Il faut une logique d’ensemble qui va vers une dynamique de l’économie nationale.

- Des difficultés surgissent et beaucoup de projets n’aboutissent souvent pas, pourquoi ?

La mortalité et la natalité des entreprises renvoient à une dynamique de démographie d’entreprises. De par le monde, les entreprises se créent, évoluent et meurent. Pour celles créées grâce aux dispositifs comme l’Ansej, l’étude qu’on a effectuée évoque plusieurs raisons de l’échec. D’abord, les créateurs d’entreprises (Ansej) que nous avons contactés sont pour la majorité venus à l’entrepreneuriat «contraint» par le chômage. Ils recherchent la stabilité et une assurance de revenus.

Or, l’entrepreneuriat est motivé par une recherche d’opportunité de profit, c’est un processus (se soumettre à la concurrence et innover pour se maintenir). Dans leur quête de facilités, les porteurs de projets cherchent à être assistés par les pouvoirs publics aussi longtemps que possible. L’absence d’étude de marché pour situer le projet dans le contexte concurrentiel dans lequel il s’apprête à s’introduire est une autre cause d’échec.

L’administration ne demande pas ce type d’étude, se contentant d’une étude technico-économique qui n’est rien d’autre qu’un bilan prévisionnel. Il y a aussi l’absence de formation des porteurs des projets, le manque de bureaux d’études spécialisés dans le montage des projets ainsi que l’absence de main-d’œuvre spécialisée.

- La mise en place de ces dispositifs a-t-elle permis d’endiguer le problème du chômage ?

Il est temps de réfléchir à évaluer cette politique. 20 ans après la mise en place du dispositif Ansej, les pouvoirs publics n’ont pas encore évalué son impact sur l’entrepreneuriat, la création de richesses, de valeurs et d’emplois. Il faut des réponses aux questions : qu’est-ce qui a été fait ? Quels en sont les résultats ?

Que reste-t-il à faire pour stimuler l’entrepreneuriat en Algérie  ? Jusqu’ici, il y a eu du colmatage, les logiques sociale et politique l’ont emporté sur la logique économique. Il faut qu’il y ait une politique d’investissement qui prendra en considération la croissance qui mène vers le développement économique et social. Réagir aux problèmes socio-économiques en distribuant des milliards de centimes pour créer autant d’entreprises que d’emplois est une aberration.

Tassadit Ch.
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie