Régions Kabylie Tiziouzou
 

Timizart Sidi Mansour

Hommage à Cheikh El Hadj Aït Aïssa

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 31.08.17 | 12h00 Réagissez

L’Association religieuse de la zaouïa Sidi Mansour Ajennad, dans la commune de Timizart (daïra de Ouaguenoun), à 30 km au nord-est de Tizi Ouzou, a organisé, samedi dernier, une grandiose fête pour rendre hommage à Cheikh Mohand Amokrane Aït-Aïssa, un grand imam, aujourd’hui nonagénaire, qui a consacré, et consacre encore toute son énergie pour la religion traditionnelle et l’histoire révolutionnaire de l’Algérie.

Cette occasion a permis également à la zaouia Sidi Mansour de récompenser les élèves lauréats du bac à Timizart, ainsi que ses talebs (apprenants du Coran) qui ont suivi la 5e session de l’été 2017 (environ 80 élèves). «Des représentants des zaouïas de Chebli (Blida), des Ulémas (Alger), de l’APC de Timizart et le chef de daïra de Ouaguenoun, ainsi que d’autres invités, venus de Sétif et Bordj Bou Arréridj, ont honoré de leur présence la cérémonie d’hommage à Cheikh Aït Aïssa, que j’ai connu en 2007 et dont j’ai reçu, et reçois encore, de précieuses leçons concernant la gestion et la pratique de l’enseignement de l’islam de nos parents», dira Yacine Bouache, le secrétaire général de l’institution organisatrice de la manifestation.

A propos de cet hommage, Cheikh Mohand Amokrane Aït Aïssa nous dira qu’il a été très ému. «J’ai été sensiblement ému par ce geste, surtout que je n’ai jamais pensé à être honoré de la sorte, avec autant d’égards à mon endroit, alors que tout ce que j’ai fait et continue de mon mieux à accomplir pour ma religion et mon pays n’est qu’un devoir, volontaire et bénévole. Je voudrais donc dire toute ma gratitude à ces participants et participantes, jeunes et moins jeunes, venus de partout. Pour moi, je n’ai fait que mon devoir. Ma récompense est de savoir que tout geste de ma part allait pour le bien de ma religion, de mes concitoyens, dans l’intérêt de mon très cher pays, l’Algérie. Ma profonde gratitude va aussi à la mémoire de nos innombrables chouhada   qui ont donné leur vie, après avoir tout sacrifié, leurs biens, leur jeunesse, leur famille, pour la libération de l’Algérie, afin que nous, les survivants de la Guerre de Libération nationale et les générations suivantes, puissions connaître la paix et la prospérité», dira, ému, Cheikh El Hadj Aït Aïssa.

S. Yermèche
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie