Régions Kabylie Tiziouzou
 

Aït Hichem: Baisser de rideau sur la Fête du tapis

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 23.08.17 | 12h00 Réagissez

La 10e édition de la Fête du tapis d’Aït Hichem, dans la commune d’Aït Yahia, à 40 kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, a pris fin lundi dernier, après quatre jours de festivités.

Des milliers de personnes ont visité les quarante stands, où étaient exposés  des tapis locaux et de Ghardaïa, des bijoux des Ath Yanni, ainsi que d’autres produits de l’artisanat.

Les organisateurs semblaient satisfaits du déroulement de cet événement qu’ils ont qualifié de «réussite pour tout le village». Tous disent que «le premier objectif que nous nous sommes fixé est de faire revenir la Fête du tapis à Aït Hichem, après une décennie d’absence. Grâce à cet événement, nous pensons attirer l’attention sur ce trésor d’activité qu’est le tissage, qui risque de disparaître si rien n’est fait pour sa sauvegarde et sa promotion».  Les habitants d’Aït Hichem se sont mobilisés pour les besoins de cette cause. «Le tapis est né chez nous et nous nous faisons un point d’honneur pour le garder et le pérenniser», indique une vieille tisseuse, qui relate les difficultés rencontrées. Le manque de laine, qu’il faut aller chercher loin et à des prix excessifs, se répercute négativement sur le  prix de vente du tapis que les clients trouvent cher. Par ailleurs, la mévente du produit de leurs mains décourage les tisseuses à domicile et surtout les jeunes filles, qui refusent d’apprendre le métier considéré comme harassant et peu rentable.

Tout concourt donc pour la disparition, à terme, du tapis local, si les conditions actuelles persistent. Conscientes de la tâche, les femmes du village s’étaient réunies en assemblée générale peu avant l’ouverture de la fête. Elles ont manifesté leur mobilisation pour la réussite de l’événement en adhérant entièrement à ce rendez-vous. Elles ont contribué à la confection des repas en apportant du couscous, de l’huile et autres denrées. Ce qui présage, peut-être, de la relance du tapis d’Aït Hichem, qui devrait reprendre la place qui est la sienne sur la scène artisanale nationale et à l’étranger.   

 

Nacer Benzekri
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...