Régions Kabylie Tiziouzou
 

Aïn El Hammam (Tizi Ouzou) : L’eau se raréfie

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 07.08.17 | 12h00 Réagissez

Le rationnement de l’eau courante à une fréquence d’un jour sur deux, été comme hiver, semble parti pour durer.

Les perturbations dans la distribution de ce liquide vital conduisent les habitants des zones montagneuses, comme Aïn El Hammam, à cinquante kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, à se rabattre sur les sources naturelles que les villages ont toujours gardées en réserve. Cependant, la pression exercée sur les fontaines commence à donner des signes inquiétants.

Certaines sources ont vu leur débit réduit considérablement, alors que celui des autres est devenu un mince filet insuffisant pour faire face aux besoins. Pour s’approvisionner, il faut se déplacer vers d’autres lieux plus pourvus en la matière. C’est ainsi que des processions de voitures se rendent dans la montagne, à la recherche de sources d’eau. Les citoyens, seuls ou en famille, profitent de l’air pur et frais du soir, en même temps qu’ils remplissent des bidons de la source de Aïn Billy.

La régénération de la nappe phréatique est impatiemment attendue, car si la sécheresse perdure, l’eau deviendra encore plus rare, dans les jours à venir. De nombreuses fontaines, faute d’entretien, donnent l’impression d’être à l’abandon. Nous en voulons pour exemple Imigoul, une fontaine très importante, à quelques pas de l’hôpital, qui attend d’être réhabilitée pour le bien de la population locale. 

Nacer Benzekri
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...