Régions Kabylie Tiziouzou
 

Aïn El Hammam : L’aliment de bétail trop cher

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 23.12.17 | 12h00 Réagissez

Les prix élevés pratiqués pour l’aliment du bétail ont conduit de nombreux éleveurs de la région de Aïn El Hammam, à cinquante kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, à mettre la clé sous le paillasson.

Ne pouvant faire face à cette situation qui, selon les concernés, «se dégrade de plus en plus», certains d’entre eux ont été contraints de changer de métier. Cet hiver, selon les éleveurs, les fourrages et autres aliments du bétail ont vu leurs coûts grimper plus que les autres années. «Nous ne pouvons pas travailler à perte. Nous faisons participer toute la famille pour nous occuper de nos bêtes et nous nous en sortons difficilement», déclare un paysan qui nous fait part des sommes qu’il débourse pour nourrir ses vaches laitières.

«Nous habitons une zone où nous pratiquons un élevage hors sol. Nos contrées ne possèdent pas de grandes parcelles réservées aux pâturages. Nous devons alors nourrir nos animaux à l’étable grâce aux produits importés des autres régions, comme Bordj Bou Arréridj. Nous devons acheter tout ce que consomment nos bêtes», dit-il. Suivant la loi de l’offre et de la demande, conjuguée à la spéculation, certains produits ont atteint des prix très élevés. Les agriculteurs, qui ne cessent de se plaindre, nous font part de leurs déboires. Ainsi, la botte de foin cédée 550 DA au début de l’été, est vendue en ce moment entre 1200 et 1300 DA.

Quant à l’aliment, nécessaire aux vaches laitières, il a atteint 4000 DA le quintal. Même le son, produit en grandes quantités par les minoteries, a commencé à disparaître avant de réapparaître à des prix prohibitifs. Le prix d’un sac, auparavant fixé à 600 DA, est monté à 900 DA. De quoi décourager d’éventuels postulants au métier d’éleveur. «Il est difficile d’espérer engranger des bénéfices lorsque la majeure partie des rentrées d’argent provenant de la vente de lait sont absorbées par les frais en nourriture», estime un éleveur qui se demande comment passer un hiver qui s’annonce rigoureux.
 

Nacer Benzekri
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...