Régions Kabylie Tiziouzou
 

Aïn El Hammam : En attente d’un plan de confortement de la ville

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 03.03.18 | 12h00 Réagissez

Les études sont terminées, mais les solutions pour traiter les glissements de terrain affectant le chef-lieu communal se font attendre.

Le mouvement de terrain qui affecte la ville de Aïn El Hammam, à cinquante kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, est loin de s’arrêter. Les fissures apparues dans les murs de certaines bâtisses de la grande rue ne cessent de s’élargir, inquiétant les riverains et les passants qui ne peuvent passer sans remarquer ces changements.

Des blocs de béton armé, suspendus à la structure d’un bâtiment par quelques morceaux de ferraille pourraient s’abattre cinq mètres en contre-bas, au moindre mouvement du sol. Le danger menace les véhicules et les passants, particulièrement nombreux les jours de marché. La rue colonel Amirouche, dans sa partie longeant le marché, ne cesse de s’enfoncer, bien qu’imperceptiblement.

Les trottoirs qui suivent le mouvement de la chaussée sont régulièrement remblayés par les commerçants qui créent de nouvelles marches d’accès à leur boutique. Las de construire des escaliers, le propriétaire d’un local a finalement abandonné la partie. Le seuil de sa porte d’entrée est actuellement à plus d’un mètre au dessus du trottoir. A l’intérieur des bâtiments touchés, les locataires rafistolent autant que possible pour ne pas perdre leur toit.

Des études ont été réalisées il y a une dizaine d’années par un laboratoire français qui devait proposer des solutions pour arrêter ce mouvement. Pour l’heure, aucune directive n’est parvenue aux responsables qui ne peuvent prendre de décision concernant la démolition éventuelle des immeubles concernés.

Plusieurs responsables se sont déplacés sur les lieux ces quinze dernières années. Tous parlent des études terminées sans pour autant proposer des solutions pour cette région de glissement considérée également comme sismique.

Les seules directives appliquées jusqu’à maintenant concernent la réfection totale du réseau d’évacuation des eaux usées et pluviales sur près d’un kilomètre. De l’argent qui semble être dépensé pour rien puisqu’aucun changement n’est apparu.
 

Nacer Benzekri
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie