Régions Kabylie Boumerdes
 

Commune de Zemmouri (Boumerdès)

Les séquelles du séisme de 2003 demeurent

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 20.09.17 | 12h00 Réagissez

 
	Le chef-lieu de commune attend d’être rénové
Le chef-lieu de commune attend d’être rénové

Plus de 1600 familles croupissent dans des chalets dont la durée de vie est dépassée.

La ville de Zemmouri, à 12 km à l’est de Boumerdès, traîne toujours les séquelles du séisme de mai 2003. Plus de 1632 familles croupissent à ce jour dans des chalets dont la durée de vie est dépassée. Cela se passe au moment où plus de 500 logements achevés sont livrés à l’abandon au bord de la RN24. Il est vrai que plusieurs cités ont vu le jour dans la localité ces dernières années.

Néanmoins, la demande en logements est très forte. Au centre-ville, une maison de jeunes a été retirée à une jeunesse en mal de vivre pour abriter le siège de l’APC, dont l’ancien siège a été détruit par le séisme, le nouveau étant toujours en construction. Une dizaine d’années pour n’exécuter que 50% du projet! Plus haut, une cité coloniale continue à rappeler à ses habitants une époque douloureuse. A l’entrée principale du chef-lieu, l’état de la route est catastrophique.

Des crevasses y ralentissent la circulation, déjà perturbée par la présence immédiate d’une rue commerçante ou ce qui en tient lieu. Des commerces bidonvilles érigés en tôle, en brique, en parpaing et avec d’autres matériaux de fortune. Un semblant de marché y constitue l’attraction unique des déplacements des citoyens. Le club de football végète dans les divisions inférieures, avec en plus une participation incertaine cette année, en raison des difficultés à réunir la somme de 1,5 million de dinars nécessaire à l’engagement.

Un vice-président de l’APC, d’obédience RND, affirme que la commune enregistre une dizaine de milliards de dettes. «L’Assemblée n’est pas arrivée à payer des factures aussi vitales que celles de l’électricité et des communications. Comment voulez-vous qu’elle puisse le faire pour les routes, un marché couvert, des écoles primaires et le transport scolaire ?», lance-t-il. La commune est entourée de plusieurs villages, comme Si Ahmed, Zaâtra et Zemmouri El Bahri, etc. Il n’est pas toujours facile d’assurer le transport et la cantine pour les élèves.

En outre, elle souffre de la présence d’une décharge sauvage dont la population se plaint. Certes, un projet d’une décharge réglementée est en phase de finalisation à Zaâtra. La population espère vivement sa mise en service vers la fin de l’année. Certains pensent que Zemmouri El Bahri, la station balnéaire distante de 2 km seulement du chef-lieu, pourrait attirer des investisseurs dans le tourisme si la gestion locale était efficiente.                                                  

 

Lakhdar Hachemane
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie