Régions Kabylie Boumerdes
 

1er salon de l’agroalimentaire à Boumerdès

Les investisseurs dénoncent les entraves bureaucratiques

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 24.08.17 | 12h00 Réagissez

 
	 Le Salon a regroupé des professionnels de l’agroalimentaire     
	 
 Le Salon a regroupé des professionnels de...

Le 1er Salon de l’agroalimentaire, qui se tient du 22 au 26 août à la Maison de l’environnement de Boumerdès, a mis à nu certains blocages bureaucratiques que rencontrent des investisseurs algériens et étrangers.

L’exemple le plus édifiant est celui du groupe Inalca Algérie. En partenariat avec le 1er distributeur des produits d’élevage en Europe, l’italien Gruppo Cremonini Inalca est aussi distributeur et vendeur de produits surgelés au niveau de son unité de Corso. Cette entreprise projette d’élargir ses investissements en offrant à sa clientèle d’opérateurs économiques une superficie de 30 000 m3 pour le stockage frigorifique, après avoir constaté la faiblesse de ce type de stockage dans notre pays. Mais, selon, M. Lucas, représentant de la partie italienne, «il y a des blocages administratifs au niveau de la partie sous-douane. De plus, il y a une dizaine d’intervenants avant que le document indispensable ne soit délivré». Cette situation dont dépendent, en aval, beaucoup d’entreprises est «préjudiciable à une dynamique économique et financière», a-t-il souligné. Elle traîne depuis deux ans déjà. Inalca Algérie compte quand même ouvrir prochainement une salle de coupes à Larbaâ, pourvoyeuse d’une quarantaine d’emplois.

De son côté, le groupe Ben Amor s’est retiré du projet  de boulangerie industrielle en partenariat avec l’Eriad (ex-Sempac) de Corso. D’autres investisseurs ont fait cas de difficultés pour obtenir une domiciliation foncière. A ce propos, le wali a révélé que 3 500 demandes de ce genre attendent. Il a expliqué qu’actuellement «une opération d’assainissement du foncier industriel est menée pour aboutir à un découpage en zones économiques spécialisées». Il en existe 37 présentement, avec une réflexion entamée pour l’aménagement d’autres zones. A titre illustratif, il a avancé la zone de Beni Amrane, pour l’olive et son huile, de Baghlia, pour le lait et ses dérivés, etc. A noter que ce Salon organisé par la Chambre de commerce et d’industrie était initialement prévu à la fin du mois de mai dernier pour se tenir sous la tutelle de la direction de l’agriculture comme suite au 1er Salon de l’agroalimentaire de l’année écoulée.

D’ailleurs, une rencontre préparatoire avait eu lieu en présence d’experts du domaine agroalimentaire et de chercheurs universitaires. Un débat de fond très intéressant avait établi la nécessité absolue de sortir le secteur des carcans de la bureaucratie et d’encourager les start-up en tant que locomotives. Mais contre toute attente, le Salon a été annulé, et, apparemment, remplacé par celui qui se déroule actuellement à la Maison de l’environnement. Sauf que, cette fois, l’assistance a préféré parler d’«exposition», tant il est tout bonnement question d’exposants nationaux, avec vente au public. D’aucuns déplorent l’absence des professionnels de l’agroalimentaire et de débats avec les chercheurs du domaine. Même le choix de la date, qui intervient avec les vacances, a été critiqué.

 

Hachmane Lakhdar
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie