Régions Kabylie Boumerdes
 

Les cimetières de Bordj Menaïel saturés

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 29.05.17 | 12h00 Réagissez

Les habitants du centre-ville de Bordj Menaïel trouvent d’énormes difficultés pour enterrer leurs morts.

La commune compte deux cimetières, Lala Aïcha et Sidi Smid, tous deux saturés. «Le cimetière de Lalla Aïcha remonte à l’époque coloniale. Il y a des tombes où on a enterré plus de trois personnes. Les gens préfèrent enterrer leurs morts au cimetière de Sidi Smid, mais là aussi il n’y a pas suffisamment de places», souligne Hamza, un jeune résident à la cité Tahrir, rappelant que la localité compte plus de 70 000 habitants. Pour lui, il est grand temps de créer un nouveau cimetière pour permettre aux familles d’enterrer leurs morts et pouvoir leur ériger des sépultures afin de pouvoir les identifier.

«C’est la moindre des choses qu’on puisse faire par respect aux morts», estime-t-il. Contacté, un élu local affirme que l’APC a demandé une autorisation pour le déclassement d’un terrain relevant du domaine agricole en vue d’y créer un nouveau cimetière. «Le terrain est situé à la rentrée sud de la ville, au bord de la route menant vers Roufaâ. Il s’étend sur plus de 5 ha, mais on n’a pas encore obtenu le feu vert des services concernés», a-t-il précisé.
Notre interlocuteur note que l’Assemblée songe même à créer une entreprise de gestion des pompes funèbres afin de mettre un terme à l’anarchie régnant au niveau des cimetières de la ville. 

Ramdane Kebbabi
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...