Régions Kabylie Boumerdes
 

Négligences dans les structures de soins

Le wali annonce «la création d’un observatoire de la santé»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 28.08.17 | 12h00 Réagissez

Les vidéos postées récemment sur les réseaux sociaux concernant les conditions de prise en charge des patients au niveau de certaines structures sanitaires de la wilaya n’ont pas laissé le wali de Boumerdès indifférent.

Pour vérifier la véracité des écrits de presse et de telles vidéos, le chef de l’exécutif de wilaya, Abderrahmane Madani Fouatih a effectué une visite d’inspection  aux trois hôpitaux et aux quatres établissements publics de santé de proximité (EPSP) de la wilaya. Sa tournée a été très révélatrice. Au chef-lieu, d’abord, la polyclinique se révèle exiguë.

Des toiles d’araignée nichent dans les plafonds et des odeurs fétides se dégagent d’une pièce. De plus, des cas de demande de changement de poste de médecins pour travailler comme administratif, au moment où le secteur manque de praticiens et où la chirurgie dentaire connaît une surcharge, ont provoqué l’ire du wali, qui a décidé d’interdire «les postes aménagés». «Mis à part les problèmes de moyens, qui relèvent des compétences des pouvoirs publics, les praticiens et travailleurs du secteur sont tenus d’assurer un bon accueil et l’hygiène aux malades. J’effectuerai à l’avenir des visites inopinées, où les sanctions tomberont devant toute négligence», a-t-il averti. 

A  Khemis El Khechna, la maternité est située au 3e étage dans une structure très ancienne transformée en EPSP. Les locaux sont en décrépitude et les portes des toilettes sont cassées. Le wali a donné 10 jours aux responsables pour déménager la maternité au rez-de-chaussée, évitant ainsi aux femmes enceintes la pénible montée des escaliers. A Dellys, la maternité se trouve aussi aux étages supérieurs.

De la literie jonche l’entrée de l’hôpital. A Bordj Menaïel, plus exactement à la polyclinique Chahid Mahfoud Mekhfi, des chalets servent de services pour les malades. Elle accueille plus de 600 malades par jour. A l’hôpital de la ville, 7 médecins sur 21 étaient en congé. Enfin, à Thénia, ce sont des plats périmés qui ont été découverts par le wali en personne dans le frigo des cuisines. Cette situation a conduit le premier responsable de la wilaya a annoncer la mise en place d’un «observatoire de la santé» composé d’administratifs, de praticiens, d’infirmiers, de spécialistes, de journalistes et de membres de la société civile pour représenter les citoyens. Selon lui, cet observatoire aura pour missions «d’être une force de propositions et un espace de concertation pour dégager des solutions aux problèmes». 

Hachemane Lakhdar S.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...