Régions Kabylie Boumerdes
 

Transition énergétique à Boumerdès

Entre le discours et la réalité

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 16.05.18 | 12h00 Réagissez

Modèles de consommation énergétique, formation du personnel chargé de la transition énergétique, applications graduelles et progressive sur le terrain et la communication et sensibilisation voire l’implication de la société civile dans la définition des stratégie et la recherche des solutions adaptées au contexte local. L’université de Boumerdes s’est penchée sur la question lors d’un séminaire organisé cette semaine.

La direction de l’énergie de la wilaya de Boumerdès a organisé à la bibliothèque centrale, en collaboration avec l’université M’hamed Bougara (UMBB), deux journées techniques sur «La transition énergétique au niveau local, axes et plans d’action».

Dans son allocution de bienvenue, M. Boutellis, recteur de l’université, a mis l’accent sur l’importance de cette rencontre qui, selon lui, répond à deux impératifs : «Etre d’actualité en raison de l’obligation de réfléchir à la sécurité énergétique plus qu’à la sécurité alimentaire et d’instaurer, enfin, être un lien entre l’université et le secteur de l’énergie.» M. Bibi Moussa, directeur de l’énergie, est entré directement dans le vif du sujet.

Des concertations ont eu lieu sous forme d’espaces de réflexion autour de thèmes comme la stratégie et la recherche de solutions adaptées au contexte local, les modèles de consommation énergétique, la formation du personnel chargé de la transition énergétique, les applications graduelles et progressives sur le terrain et la communication et la sensibilisation de la société civile. Selon le directeur de l’énergie, les collectivités locales sont tenues, «d’intégrer les stratégies nationales en matière de développement et d’énergie durable et de développer des projets visant la réduction de la consommation des énergies fossiles, le développement de la part des énergies renouvelables et la réduction des émissions de gaz à effet de serre».

Il a également invité les communes à proposer un lieu d’expérimentation et de démonstration, un «éco-quartier», en énumérant les détails la procédure à suivre : du cahier des charges jusqu’au développement du partenariat public/privé en passant par le projet immobilier dans ses aspects administratifs. Le soubassement de pareilles actions est la politique énergétique définie préalablement par les autorités locales. En parallèle, les collectivités locales doivent agir directement sur leur consommation en optant pour des solutions économiques au niveau de leurs établissements (sièges, écoles, centres de santé, bâtiments et éclairages publics).

Dans cette optique, le rôle des PME/PMI et des opérateurs économiques, à condition d’être encouragés, doit s’inscrire dans le prolongement de cette politique par des projets d’autoconsommation en énergies renouvelables. Mella Mohamed Saïd, conseiller auprès du PDG de Sonatrach, a révélé que la compagnie nationale des hydrocarbures a dépensé en 2017 8,1 milliards de dollars, dont 7,1 milliards (soit 87%, dont 2 milliards sur fonds propres) pour les activités de forage, d’exploration et de développement des gisements et la production d’huiles et de gaz.

Et d’ajouter : «En somme le conventionnel est, actuellement, à 98% de la consommation énergétique nationale.» D’ici 2030, la production de gaz sera portée à 300 milliards de barils par jour et, en 2040, à 700 mb/j. M. Mella a conclu  que «l’énergie conventionnelle a encore de beaux jours devant elle». Toutefois, il reconnaît qu’il est temps de se préparer progressivement à l’énergie renouvelable.

Soundous Energy en quête de terrain

Le débat qui s’est instauré a fait ressortir des divergences sur l’urgence de mener cette politique de décentralisation de la recherche de nouvelles énergies au niveau des collectivités locales. Il a également montré le désarroi des opérateurs économiques soit dans la concrétisation de leur projet d’investissement dans les énergies renouvelables.

C’est le cas de Soundous Energy, dont la directrice générale, Benhamou Amina, a posé un problème qui touche beaucoup d’investisseurs dans la wilaya de Boumerdès : «Mon entreprise recevra dans quelques jours des investisseurs allemands qui sont prêts à investir 2 millions de dollars dans un projet de transformation des déchets organiques en biogaz.

Mais il y a un problème d’accessibilité au foncier.» Quand on apprend que Mme Benhamou est docteur  et expert international en énergie solaire et éolienne, qu’elle a été primée aux Etats-Unis par M. Clinton et qu’elle a formé plus de 2000 personnes aux énergies renouvelables dans son entreprise spécialisée dans les études, formations et fabrication des écosystèmes, on est en droit de se poser la question : pourquoi ne fait-on pas appel à cette compétence algérienne ? Soundous Energy intervient à l’étranger dans l’installation d’équipements photovoltaïques, et propose également un système de récupération de bouses de vache aussi bien pour le compostage que pour l’alimentation en auto-énergie grâce à un dispositif de conversion des déchets dans le domaine de l’élevage (poulaillers) pour la modique somme de 5 à 10 millions de centimes, notamment dans les régions enclavées ou les montagnes.

En partenariat avec des investisseurs allemands prêts à mettre 2 millions de dollars, Soundous Energy projette la récupération des déchets organiques auprès des collectivités et des restaurants collectifs (cantines, casernes, hôpitaux…) pour les transformer en biogaz selon une technique qui évacue les mauvaises odeurs après l’exploitation du H2S en azote entrant dans la composition du gaz.

Mme Benhamou est aussi à la recherche d’un partenariat avec une entreprise publique pour la concrétisation de ce projet. Alors, son appel sera-t-il entendu ?
 

Hachemane Lakhdar
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...