Régions Kabylie Boumerdes
 

En bref…

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 11.10.17 | 12h00 Réagissez


- Afir : Calvaire sur la RN71

Les habitants de la commune d’Afir souffrent le martyre à cause de l’arrêt des travaux de revêtement de la RN71 reliant leur localité à celle de Dellys. La route s’étire sur une douzaine de kilomètres, mais l’entreprise engagée par la direction des travaux publics n’a revêtu que 10 km. La partie se trouvant près des villages de Rebai et Tadjnant est dans un état catastrophique.

L’entreprise a arraché le peu de bitume qui subsistait après la dégradation de la chaussée avant de plier bagage il y a six mois, laissant la route à l’état de piste. Au lieu de passer par la RN71, ce problème contraint certains automobilistes à faire un long détour via les villages de Abada ou par Azrou pour rallier Dellys, témoigne un transporteur. Selon un vice-président d’APC, l’entrepreneur aurait  établi un avenant pour achever les travaux, mais il n’a pas été approuvé par la commission des marchés de la wilaya.

- Khemis El Khechna : L’urgence d’un parking à étages

La réalisation d’un parking à étages est devenue plus qu’une nécessité à Khemis El Khechna pour mettre un terme aux stationnements anarchiques et aux embouteillages au chef-lieu. Les commerçants de la localité sont durement pénalisés par ce problème. «La ville de Khemis El Khechna est un parking à ciel ouvert», a déclaré le wali de Boumerdès, samedi dernier, devant des élus et des habitants de la localité.

Il y a une année, l’APC a changé le plan de circulation en limitant la circulation dans un seul sens sur plusieurs axes routiers. Cette mesure a accentué le problème plus qu’elle ne l’a résolu.  La population a manifesté son mécontentement en arrachant toutes les panneaux d’indication. L’APC a fini par  céder à la pression de la rue, mais l’anarchie reste toujours de mise au centre-ville.

La solution réside donc dans la réalisation d’un parking. En sus de servir de lieu stationnement sûr et convenable pour les automobilistes, une telle structure constituera une source de revenus supplémentaires pour les caisses de la commune. Certains estiment que ce n’est pas l’argent qui manque pour réaliser un tel projet. L’APC a un excédent de plus de 700 millions de dinars dans son budget. Sur les 264 projets inscrits depuis 2012 sur le budget communal, seulement 185 ont été concrétisés, 64 sont en cours de réalisation, alors que 54 ne sont pas encore lancés.

Kebbabi Ramdane
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie