Régions Kabylie Boumerdes
 

Des coopératives agricoles détournées de leur vocation

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 04.12.17 | 12h00 Réagissez

Les coopératives agricoles de la wilaya de Boumerdès ne jouent plus le rôle attendu d’elles par les agriculteurs. La région compte 11 coopératives agricoles publiques, mais la plupart sont exploitées illégalement par des tiers et des entreprises privées.

Les paysans sont les derniers à en profiter. A Bordj Menaïel, la coopérative agricole  est exploitée par un privé, tandis que son annexe est livrée à l’abandon. Alors qu’auparavant ces entités étaient d’un grand soutien pour les terriens qui s’y approvisionnaient en semences et en équipements agricoles. Même constat pour la coopérative des Issers, dont les locaux servent de garages de mécanique.

A Si Mustapha, la coopérative agricole n’a de coopérative que le nom. Les ateliers et les magasins qui, jadis faisaient vivre des dizaines d’exploitants terriens, ont été pillés avant d’être transformés par des particuliers en points de stockage de déchets ferreux et non ferreux.
Les coopératives de Beni Amrane et Dellys, elles, ont été détournées de leur vocation par les spéculateurs fonciers qui en ont fait des endroits de vente de matériaux de construction.

Ces coopératives ont été créées dans les années 1970 afin d’accompagner les agriculteurs et alléger leurs difficultés en vue d’améliorer la qualité pour le développement de l’agriculture, mais celle-ci a  failli à sa mission et n’a rien fait pour protéger les biens des coopératives ou relancer leurs activités. Même la direction et la chambre locales de l’agriculture ont brillé par une gestion catastrophique de ce dossier.

En effet le décret 96-459 du 18/121996 fixant les règles d’exploitation des coopératives agricoles stipule dans son article 101 que «les coopératives sont soumises  au  contrôle du ministère de l’Agriculture, qui a pour objet de s’assurer de l’observation de l’ensemble des prescriptions législatives et réglementaires». Le même décret stipule que l’autorité qui a délivré l’agrément aux coopératives a toutes les prérogatives pour redresser la situation ou retirer  l’agrément aux coopératives défaillantes. Mais cela n’a jamais été appliqué dans les faits. 
 

Kebbabi Ramdane
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie