Régions Kabylie Boumerdes
 

Commune de Boumerdès : Des chantiers interminables sur le front de mer

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 29.06.17 | 12h00 Réagissez

 
	Le front de mer est fermé à la circulation durant la nuit
Le front de mer est fermé à la circulation durant la nuit

Les travaux d’aménagement engagés au boulevard du front de mer ont suscité l’ire des commerçants et des estivants.

Le boulevard et les commerces du front de mer de la ville de Boumerdès subissent un lifting sans précédent. Cette façade maritime est transformée en un immense chantier depuis la fin du mois d’avril dernier. La route était fermée aux automobilistes durant tout le mois de Ramadhan. Le montant du projet s’élève à 18 millions de dinars. Les travaux qui semblent traîner en longueur ont suscité l’ire de nombreux commerçants et de familles qui viennent se détendre et respirer l’air marin en cette saison de grandes chaleurs.

Les appréciations des citoyens sont acerbes. «Ce projet est une opération de gaspillage d’argent. De plus, pourquoi attendre jusqu’au mois d’avril pour lancer un projet inscrit en janvier dernier. L’année passée, l’ambiance était agréable ici. La direction du tourisme y a installé des chapiteaux où on vendait toutes sortes d’objets artisanaux. Mais le nouveau wali a apparemment décidé de tout modifier», déplore Farès, un vendeur de cacahuètes, qui tient une table sur le front de mer.

En sus des travaux d’aménagement de la chaussée, les autorités locales ont sommé les commerçants longeant le boulevard de refaire les façades de leurs locaux avec du verre. «On nous a demandé de refaire tout ce qui donne sur l’extérieur, y compris les niches et la faïence des poteaux, de manière à ce que tout soit uniforme sur la façade maritime. Nous ne sommes pas contre, mais pourquoi attendre jusqu’à la dernière minute pour nous demander de faire de telles modifications», dira Mohamed, un gérant de pizzeria. Pour lui, les autorités se trompent de priorité.

«Ils auraient dû commencer par le problème des eaux usées qui se déversent directement dans la mer. Si on veut développer le tourisme, on n’a qu’à achever les projets d’hôtels qui sont à l’arrêt depuis des décennies. Il y a des centaines de familles qui viennent chercher des appartements à louer pour passer leurs vacances ici, et les offres sont insuffisantes», dit-il.

Les commerçants disent avoir tous subi des pertes à cause du projet en question et les retards mis pour reprendre leur activité. «Il y a 34 locaux ici, dont une vingtaine de pizzerias, un bar restaurant et une épicerie. La saison estivale est la seule période où on travaille bien, mais cette année, ce chantier a tout gâché», se plaint un autre commerçant dépité. «J’ai loué à raison de 80 000 DA/mois. Les travaux exigés par les autorités m’ont coûté 600 000 DA. Même les compteurs d’électricité et d’eau ont été refaits à nos frais.

Cela fait trois mois que je n’ai pas travaillé. J’emploie 12 personnes. Ils sont tous au chômage. Au rythme actuel, les travaux vont forcément s’étaler jusqu’à la fin de l’été», dénonce-t-il. Mais le directeur du tourisme ne les entend pas de cette oreille. «Le boulevard sera fermé à la circulation de 7h jusqu’à une heure tardive de la soirée. Et les commerçants auront le droit d’exploiter gratuitement les terrasses de leurs locaux jusqu’à la fin de l’été. Donc, ils n’ont pas à se plaindre et quoi qu’il en soit, ils sont gagnants dans l’affaire», estime-t-il.

 

 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...