Régions Kabylie Bejaia
 

Souk El Tenine (Béjaïa) : Une nouvelle stèle pour Matoub Lounès

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 24.10.17 | 12h00 Réagissez

 
	La stèle érigée au centre-ville de Souk El Tenine
La stèle érigée au centre-ville de Souk El Tenine

L’inauguration a eu lieu six mois après la mise en place d’une première stèle très contestée par les citoyens qui ont dénoncé un bricolage et une copie infidèle de l’image du rebelle.

Une nouvelle stèle à l’effigie de Matoub Lounès a été inaugurée le 12 octobre dernier, peu avant minuit, au centre-ville de Souk El Tenine, à 25 km à l’est de Béjaïa. Elle remplace la très contestée stèle qui a été à l’origine d’une vive polémique et installée dans le sillage des festivités commémoratives du 37e anniversaire du printemps berbère coïncidant avec le 20 avril dernier.

La première stèle n’a pas été fidèle aux traits du chantre de la chanson kabyle engagée, ce qui a soulevé l’indignation des fans du rebelle. Des associations et des férus de Lounès Matoub se sont offusqués et ont demandé au maire de la localité de faire démonter la stèle et de la remplacer par une autre qui doit représenter le chanteur au premier coup d’œil.

La «défiguration» des traits de Matoub est carrément vue comme étant «un manque de respect, voire une insulte à l’homme» en plus du gaspillage de près de 200 millions de centimes pour la réalisation de la stèle commémorative. Un travail bâclé réalisé dans un délai très court qui a donné une stèle ne reflétant ni la physionomie ni les traits du défunt. L’erreur a été amplement assumée par les responsables de l’APC, qui ont reconnu qu’il «y a un problème de ressemblance évident.

Les traits de Matoub n’ont pas été respectés et apparaissent sous un angle juvénile qui ne sont pas  familiers au grand public», avant de saisir une deuxième fois le sculpteur «pour en refaire une copie plus conforme». Six mois plus tard, une autre stèle est fabriquée. Son inauguration, le 12 octobre dernier, a dépassé le délai initial qui a été arrêté, soit le 25 juin prochain, date anniversaire de l’assassinat du barde. La nouvelle copie a également suscité des avis mitigés, mais moins virulents à l’endroit du concepteur.

«Elle lui ressemble un peu», commente un internaute. Un autre estime qu’ «elle n’est pas terrible, mais elle est mieux que la première stèle».
Bien qu’elle soit esthétiquement mieux que la première, notamment concernant les traits du visage ratés initialement, la nouvelle stèle n’est pas pour autant la copie conforme à la réalité. Elle représente le chanteur dans des habits classiques qui lui sont peu habituels.

Contrairement à la première stèle réalisée avec une mandoline à la main, la nouvelle présente le chanteur avec un parchemin sur lequel on peut lire un de ses poèmes «Assagi ligh azekka wissen» (aujourd’hui je suis là, demain c’est incertain). Le 25 juin 1998, alors qu’il était en compagnie de sa femme et de l’une de ses belles-sœurs, Matoub Lounès a été attaqué par un groupe d’individus armés, sur la route de Béni Douala, au lieudit Tala Bounane.

Chanteur engagé dans le combat identitaire et la démocratie, s’élevant contre l’intégrisme et le pouvoir, Matoub Lounès a imposé ainsi son idéal, le rêve de toute une jeunesse avide de liberté, pour une «Algérie meilleure et pour une démocratie majeure».

Nordine Douici
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...