Régions Kabylie Bejaia
 

Béjaïa

Ruptures récurrentes de stock de médicaments

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 15.10.17 | 12h00 Réagissez

 
	La pénurie, suivie de rupture de stock, est observée dans la vallée de la Soummam 
	et touche une longue liste de médicaments, dont ceux traitant des maladies chroniques.
La pénurie, suivie de rupture de stock, est observée dans...

Une grande quantité de médicaments est sujette à des ruptures itératives dans les officines pharmaceutiques de la vallée de la Soummam.

«L’indisponibilité concerne une bonne douzaine de médicaments, dont certains sont absents des étagères depuis plus d’une année. Par le biais de notre représentation syndicale, nous avons saisi à plusieurs reprises notre autorité de tutelle pour l’alerter sur ces pénuries à répétition, mais le retour d’écoute se fait toujours attendre», nous confie un pharmacien d’Akbou.
Le gérant d’une autre pharmacie de la ville souligne que pratiquement toutes les catégories de médicaments et des classes pharmaceutiques émargent sur cette liste des produits manquants. «S’il s’agissait de médicaments de confort, le problème serait sans doute passé inaperçu. Mais là, on a affaire à des spécialités incluses dans les schémas thérapeutiques mis en place par les médecins traitants, pour juguler des maladies chroniques», déclare-t-il.

Des antibiotiques aux contraceptifs, en passant par les anti-inflammatoires et les corticoïdes, autant de spécialités essentielles qui manquent à l’appel, apprend-on. «Si l’on prend l’exemple des contraceptifs, la pénurie, puis la rupture sont allées s’amplifiant. En l’espace de quelques mois, nous sommes passés de deux à cinq médicaments indisponibles. C’est le cas pour les Minidril, Marvelon, Cerazet ou encore Excluton. Parfois, on nous livre de si petites quantités, qu’elles sont vendues en un rien de temps», dira un pharmacien de Seddouk. Un pharmacien d’El Kseur signale la rupture de certaines marques d’insuline, les vitamines D et B12, ainsi que Deconase, indiqué pour traiter les allergies. «La liste est encore longue.

On y trouve aussi bien des médicaments d’importation que ceux de fabrication locale», affirme-t-il.
Les pharmaciens interrogés sont unanimes : ces ruptures récurrentes d’approvisionnement sont la résultante directe de la désorganisation du marché du médicament. La responsabilité, pense-t-on, serait partagée entre les sociétés d’importation, de fabrication et de stockage, lesquelles ne respecteraient pas toutes leurs engagements. Pour se  tirer de la mauvaise passe, certains pharmaciens avouent s’approvisionner auprès du marché parallèle. Des médicaments vendus sans vignettes et qui ont emprunté des circuits détournés, avant de choir sur les étagères des officines.

Les malades dont l’affection requiert un traitement permanent et au long cours se retrouvent ainsi pris au piège et lourdement pénalisés. «Mon médecin me prescrivait Loxen. Depuis un certain temps, il est devenu introuvable. Même les médicaments de substitution se font de plus en plus rares», se plaint un hypertendu de Tazmalt. «Il faut faire le tour de toutes les pharmacies, sans être sûr de trouver ses médicaments. Dans le meilleur des cas, il manque un ou deux à l’appel. C’est injuste et à la limite absurde de faire payer aux malades la mauvaise gestion du marché du médicament», clame à brûle-pourpoint un malade de Sidi Aïch.
 

M. Amazigh
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie