Régions Kabylie Bejaia
 

CEM Daoud Eddine d’Ighram

Les travailleurs en grève

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 08.10.17 | 12h00 Réagissez

A peine entamée, l’année scolaire s’annone perturbée au CEM Daoud Eddine Abderrahmane d’Ighram. C’est avec une démarche habituelle que les travailleurs ont voulu exprimer le manque flagrant de conditions les plus élémentaires dans cet établissement, en entrant en grève illimitée.

Le CEM comprend 350 élèves répartis sur 24 classes, et un total de 11 employés, dont seulement trois agents d’administration, le reste réparti entre les services de sécurité, d’hygiène, de restauration, etc. L’établissement fonctionne grâce à ces 11 travailleurs, qui multiplient leurs efforts pour satisfaire les services exigés pour le fonctionnement du CEM, et au staff des enseignants expérimentés, qui veillent au maintien du service au niveau de la pédagogie. Deux d’entre ces travailleurs seront à la retraite à partir de ce mois d’octobre, ce qui influera négativement sur le bon fonctionnement de l’établissement.

Les enseignants, la directrice ainsi que le syndicat du CEM partagent le contenu d’un rapport envoyé au ministère de tutelle et à l’association des parents d’élèves, pour alerter sur la situation critique au sein de l’établissement et de l’urgence d’entreprendre des actions dans le but d’améliorer la situation. 

A commencer par cette grève illimitée, entamée mercredi dernier après avoir épuisé les 10 jours du préavis.
Huit exigences principales sont inscrites dans le rapport : manque d’un censeur, d’un surveillant général, d’adjoints de l’éducation, d’adjoint d’économe, de magasinier (l’actuel étant partant pour mutation), de technicien de laboratoire (après le départ à la retraite de l’ancien)… L’établissement, pourtant situé en zone rurale, n’est pas équipé de chauffage depuis des années.

Bien que la première partie du projet ait été payée, cela n’a pas suffi pour faire fonctionner le chauffage. Loualia Salah, parmi les plus anciens enseignants de cet établissement, nous explique la situation, en soulignant le marasme quotidien auquel les élèves sont confrontés : «L’absence de chauffage cause des soucis énormes aux élèves, dans une région réputée pour son climat glacial en hiver. Nous réclamons la deuxième tranche de ce projet.

Les élèves arrivent en classe tout mouillés, à les voir ainsi on comprend parfois pourquoi ils échouent.»
Il y a enfin le problème de la cantine qui dispose d’outils de cuisine défectueux et inadéquats au service de restauration, ce qui représente un danger pour les travailleurs et les élèves. La plateforme de revendications inclut les éléments basiques pour l’activité pédagogique, censés encourager l’élève à redoubler d’efforts pour réussir.
 

Boualem Bacha
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie