Régions Kabylie Bejaia
 

EPSP de Sidi Aïch : Un centre intermédiaire de santé mentale ouvert

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 25.07.17 | 12h00 Réagissez

Extraire les individus du cercle vicieux de la toxicomanie et son asservissement, pour les réinsérer dans le cercle vertueux de la vie saine.

C’est le sacré défi que se propose de réaliser l’établissement de santé de proximité (EPSP) de Sidi Aïch à travers la mise en service d’un centre intermédiaire de santé mentale. «Le centre a pris ses quartiers dans une aile fraîchement rénovée de la polyclinique de Tibane», nous informe le directeur de l’EPSP, indiquant que les prestations ont démarré le 9 juillet 2017.

«La structure dispose d’un service de psychiatrie et un autre d’addictologie. Elle est encadrée par un staff médical composé d’un psychiatre, un pneumo-phtisiologiste, un psychologue clinicien et un psychologue orthophoniste. Cela, en sus du personnel paramédical», ajoute-t-il. Le centre propose des techniques associant différentes modalités de sevrage aux cures de déconditionnement. «Le profil des personnes cibles, regroupe tous les addictes aux produits tabagiques, à l’alcool et à la drogue sous toutes ses formes», apprend-on.

La démarche du centre est fondée sur la coopération de l’ensemble des médecins traitants, des médecins de famille et de tous les praticiens. «Ces médecins représentent le premier maillon de la chaîne de traitement. Ils ont un rôle majeur à jouer dans la sensibilisation et l’orientation des malades», dira le directeur de l’EPSP.

Tout en saluant cette initiative, qui, faut-il le souligner, est la première du genre dans la vallée de la Soummam, un médecin de santé publique de la région réaffirme que pour avoir quelque chance de succès, le sevrage requiert une coopération active et désirée des toxicomanes. «Le défi est de parvenir à changer l’attitude de l’individu vis-à-vis du toxique.

Autrement dit, il faut inhiber la toxicophilie, appétence anormale, voire morbide, pour ces substances avilissantes. En effet, cette tentation perverse de s’adonner à quelque drogue que ce soit, traduit toujours un trouble profond de l’équilibre affectif», explique-t-il. 

M. Amazigh
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...