Régions Kabylie Bejaia
 

Takarietz

Embouteillages au quotidien sur la RN26

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.12.17 | 12h00 Réagissez

La RN26, reliant Béjaïa à Akbou, donne du fil à retordre aux automobilistes à Takarietz, une agglomération relevant de la commune de Souk Oufella, où le trafic routier est régulièrement encombré.

Les embouteillages et les ralentissements sont quotidiens. Des files interminables de véhicules se forment sur plusieurs kilomètres. Le flux important de véhicules, venant de Béjaïa, donne lieu à une circulation en accordéon, à partir de Oued Maâkal jusqu’au centre urbain de Takarietz, au point de jonction avec la RN75 et la pénétrante autoroutière.

Censée régenter et fluidifier la circulation, la présence des agents de l’ordre à proximité de cette bifurcation est perçue par des automobilistes comme une source de ralentissement, voire un facteur de blocage supplémentaire. «A chaque fois qu’un enfant se présente, le policier en faction fait signe aux automobilistes de s’arrêter pour aider le chérubin à traverser la chaussée. Le scénario se répète à des intervalles si rapprochés qu’il génère un allongement excessif du temps de parcours», fulmine un automobiliste. Intervenant sur les ondes de la radio locale, un routier de Seddouk abonde dans le même sens : «Nous sommes très respectueux des piétons, a fortiori quand il s’agit d’enfants. Néanmoins, on devrait trouver le moyen idoine, pour sécuriser leur passage, sans pour autant pénaliser les usagers de la route», suggère-t-il. Durant les heures de pointe, c’est la foire d’empoigne, ponctuée de klaxons rageurs et d’échanges d’«amabilités» entre conducteurs irascibles. Pour s’affranchir de ce piège infernal, d’aucuns tentent des manœuvres périlleuses. Bien que ce soit dangereux, certains n’hésitent pas à rouler à toute vitesse sur la partie droite de la chaussée.

D’autres, téméraires et non moins casse-cous, investissent les accotements. «L’espoir soulevé par l’ouverture de la pénétrante autoroutière a été de courte durée. Les embouteillages n’ont fait que se déplacer d’Ighzer Amokrane vers Takarietz», constate un transporteur de voyageurs, desservant la ligne Akbou-Sidi Aïch. «Tant que la pénétrante n’est pas ouverte dans sa totalité, on aura toujours autant d’embouteillages», relève un autre usager de la RN26. Au vu de l’état d’avancement du chantier de la pénétrante et de la célérité de progression des travaux, cette échéance est très improbable. Autant dire, un lointain mirage. Annoncée pour le courant de l’année 2018, la livraison d’une section supplémentaire d’une dizaine de kilomètres, entre Takarietz et Sidi Aïch, risque de ne pas trop changer la donne.

M. A.
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...