Régions Est Skikda
 

Secteur de la pêche à Skikda

Une usine de transformation du thon bientôt opérationnelle

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 19.11.17 | 12h00 Réagissez

 
	L’usine mettra en boîtes 16 t de produits par jour
L’usine mettra en boîtes 16 t de produits par jour

La wilaya de Skikda est appelée à se réhabiliter avec d’anciennes activités ayant fait sa renommée et aussi à se doter d’assises économiques génératrices d’emplois et de plus-value.

On apprend à cet effet que la zone d’activité de Hammadi Krouma, à moins de 10 km au sud de Skikda, aura bientôt à abriter la première usine de l’est du pays pour la transformation et la mise en boîte de thon et de sardines. «C’est un investissement privé de 630 millions de dinars qui viendra appuyer les efforts consentis dans le secteur de la pêche en vue de diversifier ses productions», dira Hocine Boussebia, directeur de la pêche et des ressources halieutiques (DPRH) de la wilaya de Skikda.

L’usine, d’une capacité de production de 16 tonnes par jour, aura à mettre en boîtes des miettes de thon et de sardines à raison de 250 boîtes par minute. «Le montage de l’usine est en cours, et selon son patron, un natif de Skikda, elle devrait produire ses premières boîtes au cours du second semestre de l’année prochaine», ajoute le DPRH. Cet acquis va générer 220 postes d’emploi permanents et viendra réconforter le tissu industriel sectoriel de l’est du pays qui a été nettement affecté après la dissolution des deux unités de transformation qui existaient à Collo et Jijel. Cette nouvelle usine n’est cependant pas l’unique acquis dans la wilaya de Skikda. Selon le DPRH, le programme d’investissement sectoriel comprend également huit projets d’élevage de loups de mer et de dorades dans des cages flottantes.

«Deux de ces projets, réalisés en autofinancement, sont déjà en phase d’achèvement et devraient entrer en activité incessamment. Deux autres projets devraient également ne pas tarder à suivre, puisque tout le travail administratif accompli en amont est achevé depuis un certain temps», affirme M. Boussebia. Ce dernier ajoutera que le choix porté sur le loup de mer et la dorade est motivé par «la maîtrise du processus de culture de ces deux espèces et aussi leur rentabilité», en expliquant que la production de cet élevage «intervient au bout de six mois seulement d’ensemencement».

Toujours en matière d’avantages, le DPRH mentionnera l’apport de cette production censée pallier le manque touchant ces deux espèces, qui ont tendance à se raréfier. A relever que la production de la pêche conventionnelle du loup de mer et de la dorade avoisine à peine les six tonnes par an. Avec la mise en production des deux premiers projets seulement, la production aura à dépasser les 480 tonnes, ce qui est déjà de bon augure, dans une conjoncture locale souvent faite d’échecs et de désillusions. 

Khider Ouahab
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...