Régions Est Skikda
 

Amener la science auprès des citoyens

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 09.05.18 | 12h00 Réagissez

Amener la science auprès des citoyens


Lors d’un entretien, Mokhtar Sellami, Directeur du développement technologique et de l’innovation au ministère de l’Enseignement supérieur, tiendra d’abord à préciser que l’organisation du Salon national de la vulgarisation scientifique vise globalement à «amener la science auprès des citoyens en leur expliquant plusieurs phénomènes à travers des expériences qu’ils vivent en direct au niveau des différents ateliers participatifs mis à leur disposition à cet effet», tout en soulignant le rôle joué par le recteur de l’université de Skikda dans la tenue de cet événement.

Il ajoutera que la démarche retenue pour ce faire s’appuie surtout sur l’implication active du public et sur le recours à des expériences scientifiques «en live» pour expliquer, voire même simplifier les choses en citant, à titre d’exemple, le principe du paratonnerre, l’astronomie, l’électricité, etc. «Nous proposons également au public un certain nombre d’expériences de chimie, de physique et des jeux mathématiques», indiquera-t-il avant de regretter l’absence dans notre pays de médiateurs scientifiques : «Il serait utile de penser à créer des professions qui peuvent servir de relais entre le citoyen lambda et le grand scientifique», préconisera-t-il.

Au sujet du public ciblé par les initiateurs du salon, M. Sellami expliquera que, vulgarisation oblige, la politique adoptée se veut beaucoup plus généraliste : «Nous ne limitons pas notre approche au seul public juvénile. Nous ciblons également la composante de la société dans sa globalité pour toucher et intéresser aussi bien l’enfant que l’homme politique ou le scientifique. Nous visons tout ce qui a trait à l’éveil progressif aussi bien chez l’enfant à qui on montre certaines expériences rudimentaires que pour l’étudiant disposant d’un niveau avancé. Nous ambitionnons également d’apporter un plus qualitatif au citoyen en général en augmentant son niveau de culture et surtout de perception de la nature et des réactions physiques, environnementales, etc.».

M. Sellami révèlera par la suite que le salon organisé de Skikda s’est aussi distingué par la tenue de la première expérience en Algérie dans le domaine de l’enseignement en 3D. «L’inauguration de l’introduction de l’enseignement 3D s’est faite ici à Skikda lors du salon de vulgarisation scientifique. C’était une première au niveau national. Elle a consisté à proposer un cours de biologie en réalité virtuelle donné dans un lycée de la ville, tout en garantissant la possibilité de manipulations pratiques aux lycéens qu’on a dotés de casques 3D produits dans l’une de nos start-up à Tlemcen.

A travers cette expérience, on a eu à tester le comportement de ces élèves non initiés à ce genre de pratique pour juger si cela pouvait être d’un apport significatif pour rehausser leur niveau de culture. Si ce test s’avérera concluant, cela nous permettra par la suite de le proposer au ministère de l’Education nationale, voire même à nos universités», conclura-t-il.
 

Khider Ouahab
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...