Régions Est Setif
 

Aïd El fitr

Une fête spéciale à Aïn El Fouara

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 27.06.17 | 12h00 Réagissez

Du côté des Hauts-Plateaux sétifiens, la fête de l’Aïd cuvée 2017 diffère de la précédente. Férus du ballon rond, les Sétifiens, qui ont l’Entente dans le sang, ont, petits et grands, femmes et hommes, célébré la fin du mois de Ramadhan dans une indescriptible allégresse.

Après la nuit du doute, les Sétifiens croisent les doigts, prient pour leur Aigle noir parti faire un tour à Bologhine où il maintient le cap, durant 120 minutes. Le survol de Saint-Eugène n’a pas été un exercice de tout repos. Le vol a été perturbé par un trou d’air. Le retour sur terre s’effectue sans encombre dimanche à 1h20, à Sétif, où l’on hume le jeu à onze. Tout d’un coup, la ville du 8 Mai 1945 s’enflamme, sort de sa torpeur. Ses rues sont bondées. Drapée de noir et blanc, la marée humaine, qui n’a pu effectuer le déplacement d’Alger, est envahie par une immense décharge d’allégresse. En cette douce nuit, les klaxons fusent de partout. Les embouteillages bloquent les accès d’une ville en effervescence. La joie de milliers de fans des Noir et Blanc, ivres de bonheur, est le moins que l’on puisse dire, indescriptible. Pour que la fête soit totale, on sort la timbale. Les différents quartiers où se forment des groupes musicaux chantant à la gloire de leur équipe chérie sont égayés par des feux d’artifice, des pétards et des fumigènes lancés en gloire d’un Aigle noir planant au-dessus Bab El Oued. Le ciel de l’antique Sitifis se transforme dès lors en est une sublime fresque.

Celle-ci est superbement éclairée par les 8 étoiles du champion, et autant d’astres de Coupe d’Algérie. En venant à bout du Mouloudia d’Alger dans son antre de Omar Hamadi, l’Aigle noir sétifien fait sortir, pour la seconde fois, en ce mois sacré, les Sétifiens dans la rue. Laquelle prend, à l’occasion, les allures d’une immense scène de chant et de danse. Précédant de quelques heures, l’Aïd El Fitr, ce baroud d’honneur, déjouant tous les pronostics, enchante la vieille cité aux anges. Pour accueillir ses héros et fêter comme il se doit un Aïd si particulier, on décide de passer le restant de la nuit à sillonner les rues de Aïn El Fouara liée à Dame Coupe par une belle et longue histoire d’amour. Rencontrés du côté  de la Grande-Poste, le lieu de prédilection des ultras qui vont devoir faire la fête sept jours et sept nuits comme le veut la tradition, de nombreux inconditionnels ne cachent pas leur plaisir. «Les problèmes ayant secoué ces derniers jours le club faisant face à une grave financière, n’ont pas découragé les joueurs qui ont fait honneur aux couleurs du club. Après cet exploit, l’ESS a, une fois de plus, démontré qu’elle est l’équipe des grands défis. Tous les titres gagnés sont très beaux, mais cette qualification est merveilleuse, car elle permet à notre Aigle noir chéri de disputer sa 9e finale de Coupe d’Algérie et de gagner avec la sueur du front un bon pactole qui va l’aider à surmonter ses difficultés. On ne peut vous décrire notre bonheur, car on est submergés par une joie immense», révèlent des Sétifiens célébrant une spéciale fête de l’Aïd El Fitr.

Kamel Beniaiche
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie