Régions Est Setif
 

Sétif : La face cachée du centre anticancer…

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 13.07.17 | 12h00 Réagissez

Malfaçons, mauvaise qualité des matériaux, travail bâclé, voilà l’image d’un centre anticancer inauguré pourtant il y a peu de temps.

Inauguré en grande pompe, il y a à peine deux ans, le centre anticancer (CAC) de Sétif, réalisé pour atténuer les souffrances des malades lourds d’une vaste région s’étendant jusqu’à la wilaya de Tizi Ouzou, fait pitié de l’intérieur. D’autant que de nombreuses malfaçons agressent le visiteur ne pouvant rester insensible devant un tel crime. Le mot n’est pas fort. Il faut souligner que la gravissime situation a été découverte par un simple concours de circonstances.

Ainsi, le lundi 10 juillet 2017, on se dirige vers l’établissement, où les équipes du professeur Saib, médecin chef du service de chirurgie du CAC, effectuaient diverses opérations chirurgicales. Mobilisées du  9 au 13 juillet courant, les équipes s’attaquaient aux cancers du tube digestif, du rectum, de l’œsophage, du foie et des voies biliaires, du pancréas, de l’utérus, du sein et d’autres pathologies tumorales. Pour avoir de plus amples informations concernant cette extraordinaire opération, on essaye de prendre attache avec le professeur Saïb.

Le praticien est injoignable. Il s’est fixé un objectif de 50 opérations, ne pouvant donc, nous dit-on, quitter un des quatre blocs où des compétences algériennes faisaient le maximum pour extirper le mal du corps d’autres Algériens. Remarquant notre curiosité, un habitué des lieux tient, par acquis de conscience, à nous parler, puis à nous montrer la «plaie» : «Trouvez-vous normal qu’un service de 50 lits et 4 blocs, pour lesquels l’Etat a déboursé des centaines de millions en devises fortes, tournent avec une seule femme de ménage ?

Dans pareilles situations peut-on parler d’hygiène hospitalière  digne du nom ?», s’interroge, non sans colère, notre interlocuteur.  «Pour épauler ses équipes constituées de 6 maîtres assistants et deux spécialistes en réanimation, Pr Saïb a fait appel à deux spécialistes de Batna et d’autres structures de la wilaya.

Ce n’est pas avec des équipes réduites qu’on va répondre aux attentes d’un nombre croissant de malades», tonne notre guide, qui nous conduit vers un «dépotoir», un espace supposé d’une imagerie virtuelle. «Abandonné à un pitoyable sort, ce bourbier où les faux plafonds tombent en décrépitude, attend les mammographes, l’échographe, le téléthorax et d’autres équipements faisant défaut au service de chirurgie. Avec son extraordinaire volonté et dévouement, le personnel est désarmé.

Il ne peut prendre en charge comme il se doit des pathologies lourdes», s’insurge notre éclaireur, qui nous fait découvrir une infime partie des malfaçons, preuves du travail bâclé. Pour étayer de tels propos, des parties de maçonnerie inachevées sont recouvertes d’une petite couche de peinture. La mauvaise qualité du plâtre appliqué n’échappe pas aux profanes, tout comme la qualité douteuse des portes et d’autres éléments et mobilier.

Devant ce désolant décor, une question nous taraude l’esprit : Pour quelles raisons le bureau d’études, les chargés du suivi de la direction des équipements publics et du maître de l’ouvrage de cet important projet qui aurait coûté plus de 3 milliards de dinars, ont-ils passé sous silence ces «balafres» ? La question mérite non seulement une réponse mais une enquête approfondie.

Celle-ci va sans doute démasquer les auteurs de la dilapidation de deniers publics. Interpellés, les responsables, ainsi que les sénateurs et députés de la wilaya n’ont pas le droit de fermer les yeux ou de passer sous silence, de gravissimes faits. Ils sont par ailleurs tenus de venir au chevet d’un CAC ayant besoin en urgence de nouveaux spécialistes en réanimation, d’un contingent de paramédicaux, d’auxiliaires médicaux anesthésie et réanimation, d’agents de sécurité, de personnel administratif, d’un réfectoire et des équipements d’imagerie. En perdurant, ces déficits risquent de porter un sacré coup au plan cancer 2015/2019…

 

Kamel Beniaiche
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie