Régions Est Setif
 

Sétif : L’eau «coupée» par les procédures…

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 27.07.17 | 12h00 Réagissez

Dotée pourtant d’innombrables sources et fontaines, une grande partie de la wilaya de Sétif est sans eau.

Dans  bon nombre d’endroits du chef-lieu de wilaya et d’autres localités, aussi bien du sud que du nord de la région, les robinets sont à sec. Le problème perdure depuis presque deux mois. La situation a non seulement gâché les vacances des enfants, transformés en chercheurs et porteurs d’eau, mais mis à mal les nerfs de centaines de ménages en quête de la denrée rare. Paradoxalement, le malheur des uns fait le bonheur des camions-citernes,  très sollicités en ces moments.

Pour s’offrir une citerne à plus de 1500 dinars, l’acheteur  doit  se  lever  à l’aube  et attendre    pas moins de 4 heures pour recevoir le précieux produit. Dire que le sol des Hauts-Plateaux est riche en eau ! Celle-ci est malheureusement coupée à cause des procédures administratives à l’origine de la pénurie.

Pour étayer de tels propos, il faut savoir que pour un simple raccordement en énergie, deux forages du parc d’attractions d’un débit de 40l/s en mesure de renforcer l’alimentation en eau potable de la ville de Sétif ne sont pas exploités. Tout comme 2 forages à Kaloune (Aïn Azel), 2 à Braou (Bazer Sakhra), 5 à Chaâba Hamra (Aïn Azel), 1 à Batha (Aïn Abassa), 1 à Taya, et la liste est longue.

A cause d’un problème d’équipements, l’augmentation de la production de Oued Berd est à la traîne depuis des lustres.  Il convient  de souligner  que le financement de toutes ces opérations ne se pose pas. D’autant que la wilaya aurait injecté en janvier dernier plus de 200 millions de dinars et le ministère des Ressources en eau pas moins de 400 millions de dinars, uniquement, nous dit-on,  pour l’équipement et l’exploitation de ces forages  «obligés» une énième fois, de composer avec cette pieuvre de bureaucratie empoisonnant  la vie à tout le monde, notamment au citoyen lambda.

Lequel est complètement déboussolé en ces moments de fortes chaleurs. Contacté pour avoir de plus amples informations, le directeur des ressources en eau de la wilaya de Sétif, Smaïl Abdelkrim, n’esquive pas le sujet. «A cause d’un problème d’électrification, les deux forages du parc d’attractions ne seront mis en service qu’en début de semaine prochaine. Il faut savoir que les procédures relatives aux avis d’appels d’offres et autres bloquent les forages de Batha et Taya.

Pour les raccorder en énergie électrique,  les dossiers des forages de Kaloun, de Chaâba Hamra et Braou ont été confiés à Sonelgaz. Le chantier de Oued El Berd avance bien», souligne le premier responsable d’un secteur devant trouver des mécanismes pour faire barrage à ses lenteurs bureaucratique faisant très mal à une grande partie  de la population de la deuxième wilaya du pays en nombre d’habitants. Ne dit-on pas qu’une  situation exceptionnelle  exige  des décisions exceptionnelles? Les pouvoirs publics vont-ils réagir  pour mettre un terme aux méfaits  de la  pieuvre  ?

Kamel Beniaiche
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...