Régions Est Setif
 

Eclairage public à Sétif

Le solaire pour réduire les factures salées

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 13.12.17 | 12h00 Réagissez

 
	La capitale des Hauts-Plateaux paie annuellement 150 millions de dinars 
	rien que pour l’éclairage public.
La capitale des Hauts-Plateaux paie annuellement 150 millions de dinars...

Grevant considérablement les budgets de nombreuses localités à court de «liquidités», le problème de l’éclairage public défaillant ici et là, d’autant que les sempiternelles opérations d’entretien et de renouvellement des équipements sont à chaque fois bloquées par le contrôleur financier, est désormais l’autre priorité des autorités de la wilaya.

Celles-ci décident donc de prendre le taureau par les cornes. Pour en finir avec les histoires d’ampoules de mauvaise qualité et réduire la facture de consommation se chiffrant dans certains lieux en milliards de centimes, l’on opte maintenant pour les énergies renouvelables et en premier le solaire.

Un ambitieux programme s’étalant sur plusieurs années a été lancé à Smara, Djermane, Amoucha, Tella et au niveau du contournement de la ville d’El-Eulma, devrait permettre à la wilaya de Sétif de produire un peu d’électricité. Déboursant annuellement 150 millions de dinars, rien que pour l’éclairage public, la capitale des Hauts-Plateaux devant injecter ce pactole dans des investissements productifs ou des équipements d’utilité publique, n’échappe pas à cette démarche. Celle-ci est davantage motivée par des questions de coûts et des considérations environnementales.

Ainsi, le chef de la daïra du chef-lieu, Rachid Benkhaznadji, déclare à El Watan qu’un important projet d’installation d’éclairage public à l’énergie solaire est en phase de concrétisation. «Expérimentée dans un premier temps à Cheikh El Aïfa (un quartier situé dans la périphérie nord de l’agglomération), l’opération se traduira à court et moyen termes par l’installation dans les rues de la cité de plus de 30 000 lampadaires alimentés à l’énergie solaire. Avec ces innombrables avantages, l’opération permettra à la collectivité de réaliser d’importantes économies et de protéger notre environnement. Faisant de ce point un axe prioritaire du programme de développement de la wilaya, le wali suit en personne ce volet». A noter que les panneaux absorbent l’énergie solaire la journée pour la transformer en électricité qui alimentera les lampadaires la nuit. En attendant l’installation des candélabres (poteaux), le traditionnel éclairage public est souvent en panne, au grand dam des citoyens du chef-lieu et des différentes localités.

Kamel Beniaiche
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...