Régions Est Jijel
 

Un troisième jardin public abandonné à El Milia

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 10.06.17 | 12h00 Réagissez


A défaut d’un espace vert, des fleurs, des roses et des bancs, selon le plan d’aménagement du nouveau jardin de la cité Boulatika Salah, à El Milia, les citoyens de cette ville ont eu droit à un périmètre clos couvert… d’épines et d’herbes sauvages ! Après plusieurs années d’un interminable chantier, il semble que tout ait été abandonné pour laisser place à un tel décor, qui aura finalement coûté tout un budget pour rien. Cet espace n’est autre que le  troisième à subir ce triste sort, après le jardin du lieudit El Kafour, qui a été réalisé pour être ensuite vandalisé, et le square de la ville livré à une végétation touffue.

Ce dernier est le plus ancien et le plus magnifique dans sa conception qui remonte à l’époque coloniale, de par la splendeur de sa végétation et sa situation au cœur même de la ville. En dépit de sa réputation d’être un lieu fréquenté par une certaine délinquance qui lui colle depuis des décennies, cet espace continue d’avoir la cote des endroits les plus appréciés. Et ce n’est pas le cas pour les deux autres jardins, aménagés depuis peu pour doter la ville d’espaces de détente et de repos. Cela confirme, on ne peut mieux, le peu d’intérêt accordé aux projets d’utilité publics, réalisés pour ensuite tomber dans l’oubli et l’abandon. Cela nous ramène au nouveau siège de la daïra d’El Milia en chantier depuis plusieurs années et qui n’arrive pas à être ouvert. Implanté justement dans une partie du square de la ville dans un endroit infesté par les hérons garde-bœufs, cet édifice, qui a fait l’objet de la visite du wali au mois de septembre 2015, est à plus d’un égard intrigant pour les habitants de la ville. Même les escaliers qu’on lui a conçus dans une sorte de «muraille de Chine», pour reprendre les termes ironiques de certains, n’ont pas laissé indifférent de par l’aberration architecturale qu’ils représentent. Le siège actuel de la daïra, implanté dans un espace verdoyant des plus beaux à proximité du square, n’est autre que l’ancienne administration de l’autorité coloniale. La végétation sauvage et touffue, faute d’un entretien des lieux, qui l’entoure du côté de ce square a terni la position qu’il occupe. Et pourtant, c’est toute la ville qui aura tout à gagner si on s’occupait de ces espaces pour les revaloriser.

Amor Z.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...