Régions Est Jijel
 

Jijel

Les colporteurs d’eau sommés de s’organiser

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 23.01.18 | 12h00 Réagissez

L’apparition de cas d’hépatite A à Jijel, dont le nombre a dépassé les 500, selon un décompte de la semaine passée, a poussé les autorités de la wilaya à agir contre la vente anarchique et non réglementée de l’eau des citernes.

Des correspondances ont, à cet effet, été adressées aux responsables locaux, y compris aux services de sécurité, les sommant de prendre des mesures pour contrôler ce commerce. Une activité qui a proliféré dans toute la wilaya de Jijel sous l’effet d’une demande accrue de la population, faisant face à des difficultés d’approvisionnement en eau ou préférant consommer une eau dite «de source», qui s’avère souvent de qualité douteuse. Des camions puisant cette eau dans des sources de la région, dont certaines ont été déclarées polluées, font chaque jour le tour des quartiers, souvent sans la moindre autorisation, pour vendre une eau également non contrôlée. A son apparition, cette activité s’était répandue pour le besoin exclusif d’une population qui n’a pas d’autre source d’alimentation en eau, avant de se généraliser à l’ensemble des villes et villages de la wilaya.

Pour mettre de l’ordre dans ce commerce, la correspondance de la wilaya se réfère au décret exécutif 195/08 daté du 08/07/2008, précisant les conditions d’alimentation en eau destinée à la consommation humaine au moyen des citernes mobiles. Cette correspondance fait référence à l’instruction envoyée par le ministre des Ressources en eau n° 144, datée du 27/05/2009, relative à l’entrée en vigueur du décret susmentionné, faisant suite, est-il rappelé, à l’envoi n° 1728 du directeur de la wilaya de Jijel des ressources en eau du 30/07/2017 concernant l’organisation de la vente d’eau dans les citernes. La dernière des correspondances s’appuyant sur ces précédents envois a été émise le 09/01/2018, soit à l’apparition des premiers cas d’hépatite A. Un délai de 15 jours a été donné aux colporteurs d’eau à partir du 15/01/2018 pour se rapprocher de la direction des ressources en eau de la wilaya en vue de régulariser leur situation. Il reste que l’application de ces mesures est de nature à contrôler de près cette activité, qui risque, en cas de défaillance, d’avoir des retombées néfastes sur la santé publique.  

Amor Z.
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...