Régions Est Jijel
 

Jijel : Des sites archéologiques à protéger

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 10.12.17 | 12h00 Réagissez

La tenue d’un séminaire national sur le patrimoine culturel, les 5 et 6 décembre, à l’université de Jijel, en présence de spécialistes et d’une représentante du ministre de la Culture, a été l’occasion pour certains d’évoquer la situation des sites archéologiques dont regorge la wilaya.

Selon la directrice de la culture, Salima Gaoua, qui a initié l’organisation de ce séminaire dans le but d’apporter des éléments de réponse à cette situation, ils sont une trentaine de sites à être recensés dans la wilaya de Jijel. «Certains sont classés, d’autres sont en voie de l’être», a-t-elle déclaré.

A une question d’El Watan sur la situation de certains sites, elle a indiqué que des représentants du ministère devraient les inspecter et éventuellement prendre en charge leur classification pour leur protection. Il reste que sur le terrain, la situation peut paraître encore plus compliquée en l’absence de moyens de protection de ces sites, dont certains ont subi les assauts du béton, à l’image de celui de Rabta, à Jijel.

Certains initiés affirment même que des sites ont disparu après leur abandon au pillage et au trafic en tout genre. Il y a quelque temps, et lors de la construction d’une mosquée à Tanefdour, au nord d’El Milia, des pièces de monnaie ancienne ont été retrouvées dans cette localité connue pour la richesse de ses sites romains. Certains parlent même d’une ville antique dans cette région, qui gagnerait à être revalorisée si on lui accordait davantage d’intérêt.

A Settara, un autre site, qui intéresse une association locale, nécessite d’être protégé contre le pillage dont il fait l’objet. A Beni Yadjis et Ziama Mansouriah, la situation est la même, puisque les sites recensés sont dans l’attente de leur revalorisation.

Selon la cellule de protection du patrimoine culturel relevant du Commandement régional de la Gendarmerie nationale de la 5e Région militaire, deux affaires liées au trafic et au pillage des pièces archéologiques ont été traitées à Jijel durant l’année en cours. Ce qui a permis la récupération de 200 pièces archéologiques authentiques volées des différents sites de la région.                                    

Amor Z.
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie