Régions Est Jijel
 

El Milia (Jijel)

Encore de l’argent pour les routes et trottoirs !

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 20.01.18 | 12h00 Réagissez

 
	Des opérations de réfection récurrentes et coûteuses
Des opérations de réfection récurrentes et...

On va, enfin, s’occuper des routes et de l’éclairage public, dans la ville d’El Milia, dans le cadre d’une opération d’envergure, inscrite lors du précèdent mandat de l’instance communale.

L’information, évoquée par des élus et largement relayée sur les réseaux sociaux, fait part d’un vaste chantier de rénovation de l’éclairage public et de la réhabilitation des routes, dégradées par les multiples trous qui les ont rendues impraticables.

Les travaux qui seront lancés concernent également des lots d’AEP, d’assainissement et de trottoirs, qui seront à leur tour réhabilités. Au-delà de ces actions, il faut rappeler que dans cette ville, le système d’éclairage public, pourtant rénové il y a quelques années, a subi de sérieux dégâts. «Si c’est pour reproduire la même chose qui s’est produite au boulevard de l’ALN, non ce n’est pas la peine», commente avec ironie un internaute sur les réseaux sociaux. Il y a quelques années, l’achèvement d’un projet d’éclairage public dans ce boulevard a fait scandale dans cette ville, quand ses initiateurs se sont aperçus que le système mis en place n’était même pas branché… au réseau électrique ! Il a fallu le recours à une autre opération pour que cette défaillance soit réparée et permette à l’éclairage de fonctionner. A cette triste «omission», il faut constater que dans la ville et sa périphérie, les lampadaires de la voie publique, saccagés pour de multiples raisons, n’ont jamais fait l’objet d’une quelconque intervention pour qu’ils soient réparés ou remis à leur place. Dans chaque rue, il y a un poteau incliné, défoncé ou complètement arraché. Là aussi, on n’intervient pas. On laisse faire ! Le résultat en a été cette situation d’obscurité totale dans laquelle plonge la ville dès la tombée de la nuit.

Pour le réseau routier, l’histoire est la même. Après chaque opération d’aménagement des routes, les crevasses et les nids-de-poule réapparaissent sur les voies aménagées tout juste après la fin des travaux. Si les fuites d’eau sont souvent avancées comme étant la cause principale de cette dégradation, la qualité des travaux est souvent mise en avant dans cette situation qui ne cesse de se reproduire à chaque fois qu’il y a un projet de réfection du réseau routier. La toute récente histoire des trottoirs aménagés à coups de milliards à la place des Martyrs et aux rues du 20 Août et de Zighoud Youcef, qui fait désormais scandale dans la ville, est le parfait exemple de cette gabegie, coûtant à chaque fois de l’argent au contribuable et au Trésor public, en ces temps de tarissement des ressources financières. Et jamais aucune responsabilité n’a été située dans ces défaillances à l’origine de ces multiples projets qu’on bâcle avec une telle légèreté qu’ils ont fini par perpétuer cet état de laisser-faire au vu et au su de tout le monde ! 

Amor Z.
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...