Régions Est Jijel
 

Plages non surveillées à Jijel

Des lieux dangereux mais très prisés

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 16.07.17 | 12h00 Réagissez

 
	Sur les 52 plages recensées, 25 sont interdites à la baignade
Sur les 52 plages recensées, 25 sont interdites à la...

Officiellement, elles sont au nombre de 25, mais ce chiffre peut être largement dépassé si on se fie à ces petites bandes de littoral littéralement coupées du monde, mais qui sont fréquentées par des baigneurs à la recherche de sensations inédites en mer.

Les plages non surveillées, car c’est d’elles qu’il s’agit, sont de plus en plus prisées aussi par des familles, qui ont à cœur de se mettre à l’abri des regards des autres. Le manque d’hygiène, ajouté à la confusion et à l’anarchie qui règnent dans les plages dotées d’un dispositif de surveillance, est la cause principale de cette fuite vers les zones déclarées interdites à la baignade. «Cela nous permet de fuir ces regards inquisiteurs sur des plages sales, mal gérées et très souvent fréquentées par des hordes de jeunes sans éducation et aux comportements douteux», affirment sans ambages certains. Situés dans des zones difficilement accessibles, ces lieux sont pourtant très fréquentés.

«C’est à pied que nous y allons, il faut d’abord connaître l’endroit et ensuite marcher à pied pour arriver à notre coin préféré», reconnaît un des adeptes de ces zones, au fin fond de la région forestière d’Oued Z’hor. Si l’ambiance estivale est au rendez-vous du côté de ce littoral, fermé depuis deux décennies pour des considérations sécuritaires, la mer demeure un réel danger en l’absence d’un dispositif de surveillance de la baignade. Plus à l’est, à Beni Belaïd, c’est par embarcation qu’on accède à l’une de ces plages interdites à la baignade. Tout au long du littoral qui s’étend sur 120 km, les plages isolées et non surveillées sont nombreuses. C’est dans ce sens que les services de la Protection civile tentent de sensibiliser sur les risques de baignade dans ces zones. Ils rappellent que sur 52 plages recensées, 25 ne sont pas surveillées et sont par conséquent déclarées interdites à la baignade. Situées un peu partout, à Beni Ferguene, Oued Z’hor, Beni Belaïd, mais aussi sur la Corniche, à l’ouest de la wilaya, où certains s’aventurent pour les découvrir, ces plages sont d’une nature très dangereuse. Chaque saison, plusieurs cas de noyade sont recensés dans ces zones ne disposant d’aucun dispositif de surveillance.

Amor Z.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...