Régions Est Jijel
 

APC d’El Milia (Jijel) : Faible taux de consommation des crédits

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 07.11.17 | 12h00 Réagissez

APC d’El Milia (Jijel) : Faible taux de consommation des crédits

N’oubliez pas que nous avons eu trois maires en cinq ans», réagissait il y a quelques jours un responsable administratif de l’APC d’El Milia pour résumer un certain dépit vis-à-vis de ce qui a été accompli durant le mandat qui vient de s’achever.

Ce sentiment est aujourd’hui partagé par de nombreux initiés aux rouages de cette APC, qui a vécu, atteste-t-on, le pire de ses mandats durant les vingt dernières années, de par notamment les poursuites judiciaires qui ont été engagées contre de nombreux élus, dont le P/APC, son adjoint et des membres de l’exécutif. «Ces poursuites ont pratiquement ont eu un effet de blocage des programmes de développement», rappelle un élu.

«Nous avons eu quatre maires, pas trois comme on le fait croire, il y a d’abord eu un P/APC, puis son adjoint, puis encore un autre élu qui a pris les commandes avant qu’il ne cède sa place à cet adjoint, qui a repris sa place après avoir été blanchi par la justice», note ce même élu. Sur le bilan de cette APC, qui compte quelque 100 000 habitants, notre interlocuteur se contente de dire que «tout le monde est au courant de ce bilan, qui n’est un secret pour personne», manière à lui d’insinuer que la situation n’est pas du tout reluisante. Pour un des élus, qui a été désigné premier responsable de l’exécutif au plus fort moment de la crise qui a secoué cette APC,  c’est le taux de consommation des crédits qui est le meilleur indice des bilans à présenter. «A mon arrivée à la fin de l’année 2015, le taux de consommation de ces crédits était de 18%, à mon départ, au mois de mars 2016, ce taux est passé à 35%, maintenant, il ne pourra pas dépasser les 40%», précise-t-il.

Pour d’autres élus, la situation n’était pas du tout facile pour assumer les bilans de ce mandat passé, déplorent- ils, dans un climat des magouilles et de calculs politiciens qui n’ont jamais servi l’intérêt du citoyen. Même son de cloche du côté des responsables administratifs de cette APC, dont certains n’hésitent pas à parler d’un bilan catastrophique aux termes de ce mandat. «Il faut qu’il y ait d’abord un bilan pour en parler», ironise un autre. Du côté de l’opinion publique, ce n’est pas une exagération de noter que c’est un ras-le-bol général qui se dégage des commentaires quand il est question d’évoquer la situation au sein de la ville ou dans localités rurales. De l’AEP à l’état des routes, des cantines scolaires et des écoles, en passant par l’éclairage public ou encore l’inextricable problème du ramassage des déchets ménagers et la dégradation du cadre de vie, l’urgence est sur toutes les lèvres à chaque fois que ces sujets sont évoqués. 

Amor Z.
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie