Régions Est Constantine
 

Ouverture d’un nouvel accès vers Ali Mendjeli (Constantine)

Un projet tributaire de l’étude et du budget

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 06.03.18 | 12h00 Réagissez

 
	Les embouteillages sont devenus la hantise des automobilistes
Les embouteillages sont devenus la hantise des automobilistes

La date de lancement des travaux de réalisation du nouvel accès vers la ville d’Ali Men-djeli demeure toujours indéterminée, à cause du non-achèvement de l’étude et de l’insuffisance du budget.

Pour rappel, ce projet a été annoncé par Abdelghani Zaâlane, ministre des Travaux publics, lors de sa visite à Constantine effectuée en janvier dernier. Il a pour objectif de faciliter la circulation vers cette ville et mettre un terme à l’embouteillage infernal vécu par les usagers de la route quotidiennement qui empruntent le seul accès de la route de Aïn El Bey.

Selon Rachid Ourabah, directeur des travaux publics de la wilaya de Constantine, les travaux seront lancés dès l’achèvement de l’étude du deuxième tronçon et la disponibilité du budget. Le même responsable a déclaré à El Watan que l’étude du premier tronçon reliant l’évitement de Massinissa à l’échangeur de l’autoroute Est-Ouest à proximité de l’université Salah Bou-bnider (Constantine 3) a été arrêtée et adoptée.

Il ne reste, selon ses propos, que l’étude du deuxième tronçon. «L’étude a été achevée récemment, en déterminant le tracé du premier tronçon, sur une longueur d’environ 4 km et qui commence par l’évitement de Massinissa, passant par la cité Ahmed Betchine (ancien lotissement Belhadj) jusqu’à Ali Mendjeli traversant l’échangeur Est-Ouest. Jusqu’ici nous n’avons aucun problème. Mais cela ne nous permet pas d’entamer les travaux, tant que l’étude du deuxième tronçon est toujours en cours», a-t-il détaillé.

Et d’en dire encore plus sur le deuxième tronçon : «Le bureau d’études est encore à la recherche d’un nouveau couloir reliant la cité Boussouf et l’évitement de Massinissa, passant par l’INATAA (Institut de nutrition, de l’alimentation et des technologies agroalimentaires).» Par ailleurs et concernant le budget alloué à ce projet lancé dans le cadre du Fonds commun des collectivités locales (FCL), le DTP a indiqué que l’étude a coûté environ 4 millions de dinars.

Le même responsable a refusé de se prononcer sur l’enveloppe exacte réservée aux travaux, en nous confiant que le budget débloqué jusqu’à maintenant est insuffisant pour réaliser un tel accès. «La première enveloppe débloquée est d’environ 200 millions de dinars, ce qui est insuffisant pour la réalisation du tracé voulu. Le dossier est au niveau de la wilaya. Seul le wali pourra communiquer le budget exact et la date du lancement des travaux», a-t-il conclu.

Yousra Salem
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie