Régions Est Constantine
 

Bibliothèque de rue de la Place des martyrs À Constantine

Malgré les agressions, le livre résiste

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 18.12.17 | 12h00 Réagissez

 
	Les amis de la bibliothèque ont condamné vendredi les actes de vol et déposé environ 70 nouveaux titres
Les amis de la bibliothèque ont condamné vendredi les actes...

Installée il y a plus d’une année à proximité du palais de la culture Mohamed El Aïd Al Khalifa, la bibliothèque de rue a été vidée de ses livres par des inconnus qui ont «omis» de rendre ce qu’ils ont emprunté.

Cette action citoyenne, dont l’objectif est de renforcer la pratique de la lecture, peine à résister face à des déprédations itératives et aux actes de sabotage. C’est la troisième fois que cette bibliothèque est agressée impunément. Depuis son installation, plus de 500 livres ont été déposés dans cette bibliothèque, sous forme de dons. mais depuis quelques semaines, les étagères sont vides.

A ce propos, Mossaab Gharbi, initiateur de cette idée, appelle ceux qui ont pris les livres à les rendre ou à les remplacer par d’autres. «Ces livres ne sont pas faits pour décorer les maisons, ils ont été donnés pour le partage des idées et de la beauté qu’ils renferment», nous a-t-il déclaré. Et d’appeller à la restitution de ces livres afin d’assurer la continuité de cette magnifique forme de troc, dont le slogan est «Dépose un livre et prends un livre».

L’idée principale de cette manifestation culturelle vise à encourager la lecture, à renforcer et à stimuler cette noble et ancienne pratique. Celle-ci, superbement rappelée d’ailleurs dans le dernier roman de Kaouther Adimi, Nos richesses, où elle raconte l’aventure d’Edmond Charlot qui a créé à Alger la librairie «Les vraies richesses», risque de disparaître aussi, si les autorités ne contribuent pas à la sauvegarde et la généralisation de la bibliothèque de rue.

Car il est nécessaire de rappeler que l’installation de cette bibliothèque n’était pas si facile, malgré l’intérêt public qu’elle suscite. Avant d’être vandalisée à deux reprises par des inconnus, et au lieu d’être encouragés et pris en charge par les autorités, les initiateurs ont été confrontés à des obstacles bureaucratiques, liés à l’octroi d’une autorisation imposée par l’ancien maire.

Pourtant, les autorités locales, qui peinent à combler le vide culturel dans la wilaya, peuvent s’inspirer de l’idée et la reproduire dans les quartiers. Ces vols fréquents n’ont pas découragé l’initiateur, qui a rempli une deuxième bibliothèque et nous annonce qu’une troisième est en cours de montage pour servir la lecture et la présence du livre dans le quotidien des Constantinois.                           

Yousra Salem
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie