Régions Est Constantine
 

Cité El Guemmas

Les habitants des chalets privés d’eau

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 12.11.17 | 12h00 Réagissez

Des perturbations dans l’alimentation en eau potable sont de nouveau signalées à travers certains quartiers de la ville. Ainsi, c’est au tour de la cité El Guemmas, plus exactement aux 800 Logements (chalets) de manquer cruellement d’eau.

Les habitants déclarent être privés d’eau depuis plus de vingt jours. «Une situation qui a été portée à la connaissance des services de la Seaco, lesquels se sont déplacés sur les lieux, mais ont refusé d’intervenir pour réparer deux fuites d’eau à l’origine de la pénurie», affirment ces habitants.

Un refus motivé, précisent-ils, par le fait que ces fuites sont situées à l’intérieur des habitations, où les extensions réalisées par la majorité des occupants de ces chalets ont empiété sur les réseaux divers, notamment celui de l’alimentation en eau potable, rendant ainsi difficile toute intervention des services de la voirie. La Seaco a demandé aux habitants de creuser eux-mêmes pour localiser les fuites sur les canalisations endommagées, avant de procéder à leur réparation.

Une opération qui nécessite, selon les habitants, la mise en place de moyens matériels conséquents, dont, bien entendu, ils ne disposent pas. Ces derniers soulignent d’autre part avoir invité les agents de la Seaco à entrer librement chez eux pour réparer ces fuites, mais ceux-ci ont persisté dans leur refus, arguant du fait, déplorent les habitants, qu’ils n’étaient pas autorisés à intervenir à l’intérieur des habitations.

Ceci dit, il nous semble utile de rappeler, par ailleurs, que les difficultés rencontrées par les services de la Seaco pour intervenir dans ce quartier ne sont pas les seules du genre. Des bureaux d’études, désignés par le passé par la direction du logement de Constantine pour assurer le suivi de l’opération de désamiantage des 2300 chalets d’El Guemmas, avaient déjà relevé des problèmes semblables.

Après avoir visité les lieux, ces derniers s’étaient rendu compte, en effet, des difficultés que risquaient de rencontrer les habitants pour procéder à la reconstruction de leurs chalets en dépit de l’aide de 1,2 million de dinars accordée par les pouvoirs publics.

Des difficultés liées, au fait que la majorité de ces chalets situés au milieu d’un tissu urbain très dense sont difficilement accessibles en raison des extensions réalisées par leurs occupants. La topographie des lieux ne pouvant permettre aux entrepreneurs d’acheminer les matériaux (sable, agrégats, rond à béton ou ciment) nécessaires à la construction à travers les venelles servant désormais d’accès aux habitations, dont la largeur est d’à peine 80 cm, sans parler de la mise en œuvre (réalisation des planchers) laquelle nécessite l’apport d’engins des travaux publics (bétonnières et malaxeurs). 
 

F. Raoui
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie