Régions Est Constantine
 

Extension du centre anti-cancer au CHU Benbadis

Les divagations du DG

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 14.06.18 | 12h00 Réagissez

Beaucoup d’ambiguïtés et de problèmes continuent de marquer les travaux de l’extension du centre anti-cancer (CAC) du CHU Dr Benbadis.

Ce projet attise de plus en plus les suspicions, non seulement à cause des travaux qui traînent depuis plus de 10 ans, mais aussi à cause des déclarations aléatoires et contradictoires des responsables concernés.

Lancé en 2007 pour un délai de 30 mois et un montant initial de 40 milliards de centimes, ce projet a fait l’objet de plusieurs réévaluations. Le budget a atteint le plafond de 88 milliards de centimes, sans qu’il soit livré dans les délais annoncés par les responsables locaux.

Qu’y a-t-il exactement ? S’agit-il d’intérêts de personnes bien placées qui sont en jeu ? Le dossier semble plus épineux qu’on ne l’imagine et les déclarations des responsables ne font que confirmer ces doutes. «Le projet est gelé ! Vous ne vous souvenez pas Madame, que l’État a gelé tous les projets à cause de la conjoncture actuelle du pays ? Nous avons tout pour relancer le chantier, mais l’ancien chef de gouvernement,

Abdelmalek Sellal, a gelé tous les projets inachevés. Nous avons adressé un écrit au gouvernement et nous attendons toujours la réponse». C’est ce qu’a déclaré, à El Watan, Kamel Benyassaâd, directeur général du CHU, avec assurance et un tantinet condescendant.

Pour rappel, la décision du gel des projets suite à la crise financière et à la chute des prix du pétrole a été prise en 2016, avant le départ de Sellal et elle ne concerne nullement le secteur de l’éducation, du logement et surtout celui de la santé. Pis encore, ce même responsable a-t-il oublié ses promesses faites en 2017 ?

Le DG du CHU avait déjà affirmé que le projet serait livré au premier trimestre de l’année 2017. Soit, presque une année après le gel des projets non lancés et inachevés. Notre interlocuteur s’est étalé un peu plus sur le sujet en disant qu’il ne reste que 20 % des travaux à effectuer. Mais, d’après toujours ses propos, les hautes autorités doivent débloquer un budget de 20 milliards de centimes pour les achever en deux mois.

Apparemment, ce projet attise les appétits et se transforme en une station de pompage d’argent. «Tout est au niveau de l’État. Le projet est à l’arrêt depuis la décision des pouvoirs publics», a-t-il insisté. Contacté pour avoir plus de détails, le directeur de la santé et de la population (DSP), Laïd Abdelghani Benkhedim, affirme exactement le contraire et que ce projet n’a jamais été concerné par le gel. Il a même avoué que des anomalies dans les travaux ont été soulevées par les architectes de sa direction et des mises en demeure ont été établies à l’encontre de l’entreprise chargée de la réalisation. «Nous avons organisé des séances de travail avec le DG du CHU  pour faire le point sur la situation du CAC et nous avons demandé à l’entreprise de lever les réserves.

La situation est en train de se régler doucement. Nos architectes se sont déplacés il y a deux semaines sur les lieux et ont remarqué que l’entreprise est en train de lever les réserves, mais de manière très timide», a-t-il poursuivi. Comment s’explique la déclaration du DG ?
Qui y a-t-il exactement ? N’est-il pas temps de diligenter une enquête et dévoiler la vérité ?                      
 

Yousra Salem
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie