Régions Est Constantine
 

Raréfaction des devises à Constantine

Les cambistes de Rahbet Ledjmel au chômage

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 24.09.17 | 12h00 Réagissez

Les cambistes de Rahbet Ledjmel au chômage

Les cambistes de la place du 1er Novembre et de Rahbet Ledjmel à Constantine sont au chômage technique.

Les revendeurs informels des devises à Constantine qui ont pris l’habitude de squatter quotidiennement ces hauts lieux du négoce des devises fortes se font très discrets ces dernières semaines, comme nous avons eu à le constater hier au cours d’une virée à Rahbet Ledjmel. La raréfaction des devises sur le marché depuis près d’un mois constitue la principale raison de leur désertion des lieux, nous a-t-on assuré sur place. L’annonce du recours au financement non conventionnel par le gouvernement (la planche à billets) pour combler le déficit en matière de liquidités du Trésor public et la crainte de la dépréciation du dinar qui pourrait en découler ont eu visiblement pour conséquence une disparition des devises, que ce soit le dollar ou l’euro, sur le marché à Constantine. L’un des rares cambistes que nous avons réussi à «dénicher» hier à proximité de Rahbat Ledjmel, où un important dispositif de police était visible, précise à ce propos que l’activité était réduite à sa plus simple expression. 

«La demande ces derniers temps est très importante, ce qui fait que les devises ne parviennent plus sur le marché local. Elles sont récupérées directement à la source (auprès des immigrés), et à n’importe quel prix, par les gens de la chkara, lesquels disposent d’énormes sommes en dinars qu’ils convertissent actuellement en euros», nous a-t-il affirmé. Pour ce qui est du négoce de l’euro, la raréfaction des devises sur le marché a  influé sur le cours, souligne notre interlocuteur, en affirmant que la monnaie européenne, quand on réussit à en trouver bien sûr, a connu une forte augmentation. Elle est cédée actuellement à 195 dinars pour un euro contre 190 dinars il y a deux semaines à peine. Et cette hausse des cours ne risque pas, selon lui, au vu de la demande sans cesse croissante, de s’arrêter là. 

F. Raoui
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...