Régions Est Constantine
 

Cité Boulkercha Hacène à Aïn Smara (Constantine)

Le wali interpellé pour régulariser les dossiers des habitations

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 27.11.17 | 12h00 Réagissez

S’appuyant sur le décret présidentiel 81/01 leur octroyant le droit de bénéficier de la cession de leurs habitations, les résidants demeurent dans l’attente des décisions des autorités de la wilaya.

Les résidants de la cité Boulkercha Hacène, située dans la zone industrielle de Aïn Smara, interpellent le wali de Constantine pour la régularisation du statut de leurs habitations, lequel statut est en suspens depuis plus de trente années. En effet, la situation de cette cité, appelée communément «Sonacome», reste une énigme pour ses résidants, et ce, depuis l’obtention des désistements cédés par l’ENMTP dans les années 1980.

S’appuyant sur le décret présidentiel 81/01 leur octroyant le droit de bénéficier de la cession  de leurs habitations, les résidants demeurent dans l’attente des décisions des autorités de la wilaya. Ces dernières ont réorienté  le cas de cette cité, est-il soutenu, pourtant clair et légal, pour l’inclure  dans le plan régional d’éradication des chalets, alors que ce dossier est tout autre.

Selon les concernés, cette cité résidentielle souffre doublement de négligence criante et d’injustice flagrante de la part des autorités de la wilaya, de la commune de Aïn Smara, ainsi que de l’entreprise ENMTP/Ugezia. «Cette dernière trouve le moyen d’exiger le payement de reliquats de loyers pour des chalets amortis depuis 1992, alors que ces résidences ont été cédées et attendent leur régularisation par les autorités compétentes», affirme-t-on. Et de s’interroger sur les motivations d’une telle démarche.

«Nous venons d’être saisis par l’unité du groupe ENMTP/Ugezia, chargée de la gestion de la zone industrielle, nous invitant à nous rapprocher de ses services pour payer les loyers et charges locatives qu’ils continuent à décompter malgré les désistements délivrés par leurs soins ces trente  ans écoulés conformément à la réglementation», ont écrit les résidants dans une lettre adressée au chef de l’exécutif.

Et de rappeler que ladite entreprise n’assure plus aucun service et n’intervient d’aucune façon pour l’entretien des périmètres internes ou externes de la cité : «Alors que même le ramassage des ordures ménagères est effectué par les services de la commune de Aïn Smara, ENMTP/Ugezia a jugé légal de taxer les habitants pour renflouer ses caisses sans aucune contrepartie.»

Parmi les autres insuffisances avérées, la location des locaux sociaux collectifs : foyer, crèche, école maternelle et piscine à des particuliers, «ce qui a dénaturé la cité résidentielle, provoqué des nuisances multiples et porté préjudice au cadre de vie. Tous les terrains de sport sont dans un état de délabrement avancé et n’ont jamais été pris en charge par cette entreprise», est-il encore souligné.

Selon les résidants, cette situation a assez duré et leur patience est mise à rude épreuve. Eux qui invitent le wali à venir constater de visu l’état de leur cité qui abrite 250 familles, le saisissent surtout pour arbitrer dans la régularisation du dossier de leurs habitations.  

R. A.
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...