Régions Est Constantine
 

Instantané

Le grain de sable

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 14.10.17 | 12h00 Réagissez


La revalorisation de l’image et du tissu urbain de Constantine, ville par deux fois millénaire, reste toujours une vue de l’esprit malgré l’événement Constantine, capitale de la culture arabe 2015. La navigation à vue de ses gestionnaires a fait en sorte qu’actuellement, elle est toujours dépourvue de lieux de détente et de distraction. Le projet du parc citadin du Bardo résume à lui tout seul, une stratégie à l’emporte -pièce, dénuée de tout pragmatisme. Sinon, comment expliquer le choix de ce site, remblai par excellence, sans prévoir les éventuels mouvements du sol qui interviendront tôt ou tard.

Le projet, lancé en 2014 et qui aurait du être livré en l’espace de 12 mois, ne l’est pas encore. Le phénomène des glissements en a décidé autrement. Ce grain de sable est venu enrayer la machine et rappeler la nature géologique du site. C’était prévisible, diront tous les experts. L’étude de faisabilité aurait du prendre en compte ce genre d’imprévus et préconiser des solutions en amont. Comment n’a-t-on pas anticipé sur ces contraintes techniques alors que le rapport du bureau d’étude français Simecsol existe et en apporte la preuve ? Bardo est pourtant connu pour être assujetti à une instabilité active. Un paramètre qu’on ne peut ignorer. À souligner que ce parc, implanté sur 65 hectares fut initié par l’ex-ministre de la santé, Abdelmalek Boudiaf, à l’époque à la tête de l’exécutif à Constantine, qui en a fait l’un de ses projets phares pour la wilaya. Trois ans après son lancement, le projet qui coûte la bagatelle de 200 milliards de centimes, se retrouve toujours bloqué.
Il nécessite une rallonge financière d’au moins 7 milliards  de centimes pour circonscrire le problème.

Et ce n’est qu’une solution provisoire, qualifiée d’urgence et qu’il faudra revoir  plus tard. Autre incongruité, un parking à étages souterrain annulé par l’ex-wali, Kamel Abbas, en raison des conséquences fâcheuses pouvant en découler. Sa réalisation signifie creuser davantage et mettre en danger la stabilité de la route du Bardo et les bâtiments alentour. Constantine qui porte dans ses entrailles tel un sceau cette mobilité du sol est forcée de trouver des solutions fiables et surtout moins onéreuses pour boucler ce chantier. Mais on n’en est encore loin. La politique d’austérité généralisée pourrait peser sur l’achèvement de ce projet. La population devra encore attendre avant de profiter de ce parc citadin. In fine, c’est elle qui payera les erreurs commises dans ce projet, au propre comme au figuré.

Naïma Djekhar
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie