Régions Est Constantine
 

Centre hippique de Constantine

Le blocage d’une nouvelle association soulève des questions

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 29.10.17 | 12h00 Réagissez

Le blocage d’une nouvelle association soulève des questions

Le climat délétère persiste au club hippique de Constantine (CHC) à cause d’une situation qui ne cesse de se compliquer. Actuellement les adhérents font l’objet de plusieurs décisions qualifiées d’abusives, de la part de l’association qui gère le club, avec le consentement des administrations concernées.

Ce pourquoi les propriétaires des chevaux et les cavaliers réclament l’intervention du wali, Abdessamie Saïdoun, pour leur rendre justice contre le traitement qui leur est reservé par l’administration et l’association qu’ils jugent illégale.
Rappelons que tout a commencé au mois de décembre dernier, lorsque les adhérents ont dénoncé des travaux d’aménagement illicites au sein du centre.

Ces travaux menés par l’association consistent à exploiter une partie du centre (notamment les écuries), pour réaliser un projet privé aux visées lucratives. Dans le même objectif, un espace de sport et de loisirs destiné aux jeunes de la cité Boussouf, à savoir le terrain Mateco, a été complètement rasé par l’association susmentionnée, sans qu’il y ait une autorisation officielle des administrations concernées, à l’instar de la commune et la DJS. Bizarrement, les initiateurs de ce projet d’investissement n’ont fait l’objet d’aucune poursuite judiciaire pour destruction des biens de l’Etat. « Cette transgression flagrante des lois ne pourrait avoir lieu sans la création d’une association illicite en août dernier.

L’association a été créée suite à une assemblée générale ordinaire tenue en l’absence des membres fondateurs du club, sans l’affichage de la date de sa tenue et au manque des documents relatifs à la réglementation en vigueur au niveau du CHC», a rappelé une source du club, qui a affirmé que tout a été planifié en catimini. A cause de cette effervescence particulière et ces dépassements flagrants, l’ancien wali, Kamel Abbes, avait demandé aux adhérents de créer une nouvelle association et a suspendu les travaux au sein du centre. Il a également transféré la gestion des lieux à l’office public omnisport de wilaya (OPOW). Malheureusement cette décision n’a pas réglé le problème.
 

Recours à la justice  

En février, les membres du club ont déposé un dossier pour la création d’une nouvelle association au niveau de la direction de la réglementation et des affaires générales (DRAG). A ce jour, il n’y a eu aucune suite. «Notre déception fut grande quand les services de la DRAG nous ont avoué qu’ils attendent l’approbation du wali pour nous accorder l’agrément. Ont-ils reçu des instructions des hautes instances pour couvrir l’investisseur concerné ? Pour qu’elle raison la DRAG a refusé de nous fournir l’agrément dans les délais fixés par la réglementation ?» s’interroge notre source.

En octobre, les membres du club ont déposé plainte contre l’ancienne association pour la non-conformité de son statut et contre les services de la DJS pour la validation de l’assemblée générale et les élections tenues en l’absence de tous les propriétaires. La première audience aura lieu aujourd’hui (dimanche ndlr) au tribunal de Constantine. Le problème a pris d’autres dimensions. Ce n’est plus une question de sport mais plutôt d’un détournement. L’OPOW a exprimé son penchant à l’investisseur et a envoyé des mises en demeure, dont El Watan détient une copie, aux propriétaires des chevaux pour libérer les lieux. Dans le même document, le motif de cette mise en demeure est la non-affiliation à n’importe quelle association.

Est-ce une manière d’éloigner ceux qui ont osé sauver ce sport et ce lieu prisé par les familles constantinoises, et qui risque d’être bradé ? «C’est un travail de fond que l’administration a mené contre nous. Quels intérêts  pour la DRAG, la DJS et l’OPOW dans tout cela ? Nous avons une vingtaine de chevaux de compétition et de race, qui doivent être abrités dans des lieux convenables. Apparemment, ce n’est plus une question de sport», a fulminé l’un des adhérents. Et de poursuivre qu’une commission de la fédération équestre algérienne devrait être dépêchée à Constantine, il y a plus d’une semaine. A ce jour, elle est toujours attendue. Pour quelles raisons les instructions de l’ancien wali et celles du ministre n’ont pas été prises en considération par l’administration de Constantine ? Pourquoi avoir peur d’une association sportive ? Y a-t-il des intérêts en danger ? N’est-il pas temps d’ouvrir une enquête sur l’ancien gestionnaire, qui n’est autre que l’association illicite de ce club ? N’est-il pas temps de leur demander un bilan financier, moral et sportif des 8 ans écoulés ?
 

Yousra Salem
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...